/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: plus d’un million de tests rapides inutilisés au Québec, déplore Ottawa

Test Rapide COVID
Photo d’archives, AFP Un test rapide de COVID-19 était effectué en août à New York sur la nouvelle machine ID NOW, de la compagnie Abbott. La machine utilise un écouvillon nasal pour détecter les cas aigus et infectieux de COVID-19.

Coup d'oeil sur cet article

Ottawa ne digère pas que le gouvernement Legault fasse la fine bouche et tarde à utiliser les 1,2 million de tests de dépistage rapide de la COVID-19 qui lui ont été envoyés jusqu’à maintenant.

• À lire aussi: Dépistage de la COVID-19: manquer une semaine et demie d’école pour un test invalide

Depuis le 30 octobre, Québec a remisé des tests rapides ID NOW et des tests antigéniques PANBIO de la multinationale Abbott, homologués par Santé Canada et permettant de dépister le virus en moins de 15 minutes.  

On aperçoit ici des dispositifs de test rapide Panbio, dans un centre culturel de Madrid, le 1er octobre, où étaient testés des cas potentiels de COVID-19.
Photo d’archives, AFP
On aperçoit ici des dispositifs de test rapide Panbio, dans un centre culturel de Madrid, le 1er octobre, où étaient testés des cas potentiels de COVID-19.

Ces outils sont généralement un peu moins sensibles que l’analyse en laboratoire, mais peuvent s’avérer efficaces pour des régions éloignées ou lorsque la charge virale est suffisamment importante.     

  • Écoutez la V.P de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec Linda Lapointe avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Pour lutter contre la pandémie, la stratégie de dépistage s’avère cruciale. Depuis plusieurs jours, les partis d’opposition déplorent que le gouvernement laisse les tests rapides s’accumuler dans les entrepôts. 

En mai dernier, l’entreprise BD Diagnostics adaptait son test BD Veritor Plus System pour la COVID-19. Elle l’utilisait déjà pour la grippe.
Capture d’écran
En mai dernier, l’entreprise BD Diagnostics adaptait son test BD Veritor Plus System pour la COVID-19. Elle l’utilisait déjà pour la grippe.

Mais le ministre Christian Dubé ne les a toujours pas distribués, préférant d’abord les faire approuver à nouveau dans le cadre de projets-pilotes à l’hôpital de Saint-Eustache et Maisonneuve-Rosemont.  

«Nous sommes en processus de validation, il y a deux hôpitaux dans lesquels ces tests-là sont validés en parallèle avec les tests habituels et, lorsque le processus de validation aura été terminé et jugé sécuritaire, il sera déployé comme il est prévu de le faire au cours des prochaines semaines», a signalé cette semaine le ministre de la Santé à l’Assemblée nationale.   

  • Écoutez le président de la Fédération autonome de l'enseignement Sylvain Mallette avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Son ministère précise qu’une validation est requise pour confirmer leur performance analytique, les comparer avec le test standard utilisé actuellement pour le dépistage de la COVID-19 et «assurer une utilisation opérationnelle et clinique adéquate». «La date de distribution des tests n’est pas encore déterminée», insiste-t-on. 

Une situation qui ulcère les libéraux de Justin Trudeau. «Les tests autorisés par Santé Canada sont prêts à être utilisés. Il n'y a aucune raison scientifique de refaire le processus de vérification des tests», nous a confié une source gouvernementale.   

À Ottawa, on ne comprend tout simplement pas l’attitude du Québec, qui réclamait ces tests de dépistage rapide. «Le jour où un vaccin sera approuvé par Santé Canada, est-ce que Québec voudra le retester?» ironise-t-on.   

Dubé boude les réunions

Nos sources soulignent d’ailleurs que, contrairement à sa prédécesseure, Christian Dubé boude les conférences téléphoniques réunissant les ministres de la Santé de toutes les provinces.   

Des échanges souvent très utiles, alors que tous les Canadiens font actuellement face au même ennemi: la COVID-19.  

«Le ministre Dubé ne s'est jamais pointé le nez. Si c'est bon pour McCann, pourquoi ce n'est pas bon pour lui? nous glisse-t-on à l’oreille. Au lieu de demander des dates par lettres pour un vaccin pour lequel tout le monde travaille très fort, il devrait se joindre à ces appels.»

Agenda chargé

Au cabinet de Christian Dubé, on assure que le canal de communication est bien établi avec son homologue fédérale, de même qu'avec la ministre de la Santé de l'Ontario.

«Même si l’agenda immensément chargé du ministre l’empêche de participer à certaines rencontres, il demeure qu’il confie très sérieusement la tâche au sous-ministre associé, monsieur Daniel Desharnais, de le représenter lors des appels avec les équipes de la santé des autres provinces, comme c’est aussi le cas pour plusieurs autres ministres», a-t-on fait valoir.

M. Dubé a d'ailleurs déjà confirmé sa présence à la prochaine rencontre avec ses collègues ministres de la Santé en début de semaine prochaine, qui portera certainement sur la vaccination, ajoute-t-on.

«À l’heure où nous écrivons ces lignes, nous tenons à préciser que le ministre Dubé est toujours en attente d’informations de la ministre Hadju en regard de la date de livraison et de la quantité de doses de vaccin de la COVID-19, malgré deux correspondances envoyées le 27 octobre ainsi que le 24 novembre, qui sont malheureusement restées lettre morte», a-t-on insisté.

Tests rapides livrés au Québec depuis le 30 octobre: 1 276 792 

(selon Santé Canada)

Le Québec a reçu deux types de test:  

  • ID NOW: test rapide par amplification des acides nucléiques        
  • Panbio: test antigénique de type test de grossesse                

Autre type de test à venir:  

  • BD Veritor Plus System: test antigénique qui requiert une lecture par un appareil        

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres