/finance
Navigation

Relance d'un important projet domiciliaire à Sept-Îles

Coup d'oeil sur cet article

Deux hommes d’affaires de Sept-Îles relancent un vaste projet domiciliaire. Des consultations publiques auront lieu pour répondre aux inquiétudes des citoyens devant la perte d’un boisé et le déplacement de sentiers pédestres et de ski de fond. 

François Turmel et son associé Régis Bouchard veulent développer des terrains à côté de la rue Holliday.

Chacune des quatre phases compterait entre 75 et 100 terrains destinés à l’autoconstruction.

Le site, d’une longueur de plus 2,5 km de long et de 270 mètres de large, a été acquis par les deux hommes d’affaires de Sept-Îles en 2013. Ils ont mis leur projet sur la glace pendant quelques années.

«Je ne dirais pas que ça n’a pas fonctionné», a expliqué François Turmel, vendredi, à TVA Nouvelles. «C’est que la municipalité avait déjà des projets en cours qui s’appelaient Rochette 1 et 2. On n’était pas tout à fait prêts à développer ce projet. Maintenant, toutes nos expertises sont faites. Nous sommes prêts.»

La Ville de Sept-Îles appuie le promoteur et s’impliquera pour l’aménagement des accès.

«La Ville voit d’un bon œil que ce soit des promoteurs, de surcroît locaux, qui veulent développer un secteur résidentiel plutôt que la Ville, comme ça se fait habituellement», a indiqué le directeur général de la Ville de Sept-Îles, Patrick Gwilliam.

Les nouveaux terrains qui seraient disponibles pour la construction domiciliaire sont actuellement situés en zone industrielle. Un changement de zonage est donc requis. Les promoteurs entameront, d’ici les prochaines semaines, une période de consultation auprès des citoyens qui habitent à proximité.

La perte d’un accès direct à un boisé situé derrière les résidences de la rue Holliday risque de créer de l’opposition.

«Certaines personnes sont comme chez eux. Ils sortent leur ski-doo et vont dans le bois. Mais on est rendu à développer le projet», a indiqué François Turmel.

Le projet impliquera le réaménagement de certaines pistes de ski de fond du parc Holliday. Aussi, des sentiers pédestres aménagés par des citoyens disparaîtront.

«La Ville se propose d’accompagner ces citoyens qui veulent refaire les sentiers, refaire un chemin d’accès», a affirmé Patrick Gwilliam.

Ces sujets seront abordés lors des consultations publiques qui se tiendront en janvier.