/investigations
Navigation

Relation trouble entre la mafia et les casinos

Le crime organisé tourne autour des maisons de jeux québécoises et américaines depuis des décennies

Coup d'oeil sur cet article

Depuis longtemps, la mafia et le crime organisé en général se sont intéressés aux casinos pour y blanchir leur argent sale ou y faire du prêt usuraire. Au cours des derniers jours, notre Bureau d’enquête a révélé que le Casino de Montréal a déroulé le tapis rouge à plusieurs membres du crime organisé, allant même jusqu’à offrir des nuits à l’hôtel ou des soupers au restaurant. Voici quelques exemples de la présence de la mafia autour des casinos et des craintes qu’elle a suscitées des années 1950 à nos jours.


Au début des années 2000, le projet As de pique a visé rien de moins qu’un réseau de prêteurs à taux criminels liés au défunt parrain Vito Rizzuto.

• À lire aussi: Le mafioso qui a joué 8 millions $

• À lire aussi: Les criminels présents de Cuba à l’Ontario

• À lire aussi: Les partis d’opposition accentuent la pression

Des documents provenant de l’opération policière Colisée obtenus par notre Bureau d’enquête permettent de voir ce que les policiers du Service de police de Montréal avaient découvert au salon des hautes mises du Casino, qui s’appelait alors la section Platine.

Avec la participation d’un agent double, les policiers ont pu approcher deux prêteurs usuraires d’origine italienne. Ces derniers avaient été identifiés grâce au système de caméra par les enquêteurs du Casino.

Selon le résumé des conversations contenues dans un affidavit déposé à la cour, un des deux prêteurs aurait indiqué qu’il travaillait pour Vito Rizzuto.

« C’est Vito Rizzuto qui l’a placé au Casino de Montréal », peut-on lire dans les allégués qui n’ont toutefois pas été testés en cour.

Prêt à 10 %

Le prêteur mentionne par la suite qu’il fait du prêt à 10 % d’intérêt. L’agent double et le prêteur se parlent en italien.

Il lui présente un autre prêteur avec qui il travaille. Dans les semaines qui suivent, une série de perquisitions et d’arrestations liées à ces prêteurs usuraires et d’autres membres du réseau a lieu. 

Visiblement surpris par l’opération policière, de gros noms de la mafia, comme Francesco Del Balso, font des appels à l’un des prêteurs du Casino. Celui-ci demande alors à rencontrer Nicolo Rizzuto, le père de Vito Rizzuto, dans un bar.

Bannis

Dans les jours suivants, les prêteurs italiens apprennent qu’ils sont bannis du Casino pour trois ans. 

Peu de temps après, l’un deux raconte que « The Tall One », le surnom de Vito Rizzuto, l’a appelé. Il voulait savoir qui avait été expulsé et pour combien de temps.

À ce moment-là, les résumés d’écoutes électroniques laissent entrevoir la panique des prêteurs qui disent qu’ils sont foutus et se demandent comment ils vont faire pour collecter toutes les dettes qu’on leur doit.

Cette infiltration au Casino de Montréal a d’ailleurs fait partie des éléments qui ont été mentionnés en vue de l’extradition de Vito Rizzuto vers les États-Unis en 2004. Trois ans plus tard, il a été reconnu coupable d’avoir participé au meurtre de trois membres importants du clan mafieux Bonanno à New York.