/sports/football
Navigation

Un message pour toutes les filles

Coup d'oeil sur cet article

«Je veux dire à toutes les filles qu’elles peuvent réaliser tous les objectifs qu’elles se fixent.» 

Sarah Fuller a marqué l’histoire, samedi, en devenant la première femme à prendre part à un match de football de la NCAA, du moins dans les cinq principales associations de la scène universitaire aux États-Unis.

Fuller a effectué le botté d’envoi de la deuxième demie lors du match entre l’équipe de son établissement, l'Université Vanderbilt, et celle de l’Université du Missouri. Après le jeu, son seul du match, elle a été chaleureusement accueillie par ses coéquipiers sur les lignes de côté.

Malgré une défaite de 41 à 0 de Vanderbilt, cette journée restera dans les annales pour de bonnes raisons. Après le match, Fuller a dit qu’elle se sentait bien calme avant le botté et qu’elle était excitée à l’idée de représenter les filles qui veulent jouer au football.

«Vous le pouvez vraiment, a-t-elle également lancé dans une entrevue rapportée par le réseau Sportsnet. Si tu as la mentalité pour passer à travers, tu peux faire de grandes choses.»

Une gardienne étoile

Gardienne de but au soccer pour la formation féminine de l'Université Vanderbilt, Fuller a aidé son équipe à remporter le titre de l’Association sud-ouest (SEC) pour une première fois depuis 1994, la semaine dernière, grâce à une victoire de 3 à 1 contre l’Arkansas.

L’entraîneur-chef du programme de football, Derek Mason, est celui qui a fait les démarches afin de pouvoir utiliser Fuller après que plusieurs joueurs de son équipe, dont deux botteurs, eurent été placés en quarantaine en raison de la COVID-19. Il s’est alors tourné vers l’équipe de soccer pour du renfort.

«Le surnom de Sarah est "Champ", a indiqué Mason avant le match. Ses coéquipières l’appellent comme ça car elle a remporté deux titres de la SEC. En la voyant aller à l’entrainement, les gars ont été impressionnés dès le premier jour. Elle n’avait peur de rien. Elle joue au football de la même manière qu’elle joue au soccer. Alors pour nous, c’est une chance.»