/opinion/columnists
Navigation

Le Musée Gilles-Villeneuve a besoin d’aide

Le Musée Gilles-Villeneuve a besoin d’aide

Coup d'oeil sur cet article

S’il était en Italie, probablement qu’il survivrait et serait toujours très populaire, mais le Musée Gilles-Villeneuve est à Berthier et sa survie est chancelante comme elle ne l’a jamais été.

Déjà que sa rentabilité a toujours été fragile, depuis mars dernier, les contraintes de la pandémie sont sans pitié pour le Musée dont la clientèle est à 60 % internationale. 

Il y a un mois, l’administrateur Alain Bellehumeur lançait un cri d’alarme et du cœur au journaliste Simon Dessureault.  

Après 32 ans sans demander de subvention, on criait à l’aide pour ne pas fermer.  

Il ne reste maintenant qu’un encan virtuel (voir le site du Musée) pour espérer faire entrer de l’argent parce qu’on a loupé, outre les visiteurs, toutes les occasions habituelles comme un banquet annuel, une présence au Salon de l’auto ou une fenêtre au Grand-Prix du Canada.  

Même si le Musée Gilles-Villeneuve est dans le comté de Berthier, celui de la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, Bellehumeur s’adresse directement au premier ministre Legault. En attendant, il n’y a pas un chat dans la place, le chauffage est à 15 et l’électricité consommée au minimum.

Le Musée Gilles-Villeneuve, c’est près de 3 millions de dollars de voitures et 5 à 6 milliers d’objets de toutes sortes ayant marqué la vie du pilote de Berthier toujours considéré comme un des plus spectaculaires et rapides de l’histoire de la course automobile.

L’administrateur avance que son Musée aurait pu bénéficier d’une trentaine de milliers de dollars annuellement depuis sa création en 1988, mais on n’a jamais rien demandé, on a réussi à se débrouiller. Caroline Proulx (Berthier), Pierre Fitzgibbon (Terrebonne) et François Legault (L’Assomption) sont aussi trois députés de Lanaudière, pas tellement loin du Musée. Est-ce que ça peut aider ? La demande d’Alain Bellehumeur au PM est partie jeudi.

Folie furieuse

C’est tout vert et c’est ouvert. Depuis jeudi, lorsque la petite neige a fondu, et jusqu’à vendredi prochain, le carnet de réservation est plein au bouchon. Le téléphone ne dérougit pas et le club International 2000 à Lacolle joue toujours son rôle de dernier terrain de golf ouvert. Bien sûr, les maniaques sont au rendez-vous. Il n’y a plus de place pour les 27 trous, et ce jusqu’à l’arrivée de la neige prévue le week-end prochain. Les tuques, les gants, les combines, les bas de laine s’enfilent alors que les allées et les verts sont toujours en excellente condition.

De l’enclave  

  • Dommage que Ron (Fournier) ne soit plus en ondes. Nous ferait-il une chanson avec « Je t’aime Toffoli, je t’aime Toffoli » ? 
  • Construit en 1924, le tout premier Forum avait coûté un million et demi et avait été bâti en 159 jours. Achevé le 29 novembre, il pouvait originalement accueillir 9300 spectateurs pour un match de hockey. L’édifice appartient maintenant à un investisseur immobilier de New York. 
  • Les motoneigistes qui parcourent les sentiers de la Gaspésie ont la chance de passer par Cap-Chat où se trouve la plus grande éolienne à axe vertical au monde. Il y a 3000 kilomètres de pistes bien entretenues dans la péninsule gaspésienne. Eh oui, on peut s’arrêter près du rocher Percé pour une photo. 
  • Imaginez. En deux saisons (69-70 et 70-71), Guy Lafleur avait compté 233 buts avec les Remparts de Québec. C’est du but... 
  • Ski de fond ? Ski nordique ? Ski Hok ? Télémark ? Hors piste ? Vous voulez connaître la différence ? Allez sur le site de la SEPAQ. Explication brève, simple et claire. 
  • On le disait douteux en défensive. Artemi Panarin a terminé la dernière saison (69 matches) à + 36. 
  • Adjoint à Don Fehr à la direction de l’AJLNH, Mathieu Schneider connaît bien les marchés du circuit. Il a joué pour dix clubs dont deux fois à Montréal où on l’avait repêché en 1987. Âgé de 51 ans, un gars extrêmement sympathique et brillant qui excelle aussi au tennis. 
  • Saviez-vous que la construction du Centre Bell a commencé deux semaines après la dernière victoire du Canadien sur Los Angeles lui donnant la Coupe Stanley de 1993 ? Chez les artistes, c’est Céline qui vous a reçu le plus souvent au Centre Bell. Une cinquantaine de fois depuis 1996. 
  • Austin, le fils de Mario Lemieux, jouait au hockey universitaire en Arizona et il a décidé de battre en retraite. Pas un méchant joueur, mais on est loin du talent de papa. Âgé de 23 ans, 6 pieds et 3 et 175 livres, il veut maintenant devenir pro de golf. 
  • Cameron Recchi, 19 ans, est les fils de Mark et, malgré une petite taille, il est doué. Cinq pieds et huit, 160 livres, Cameron joue encore junior à Muskegon. N’a jamais été repêché.