/news/politics
Navigation

Le ministre Girard demande un audit spécial

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre des Finances, Eric Girard, a commandé un audit externe spécial sur le blanchiment d’argent dans les casinos du Québec, dans la foulée des révélations de notre Bureau d’enquête

• À lire aussi: Le gouvernement doit s’attaquer au blanchiment d’argent

• À lire aussi: Relation trouble entre la mafia et les casinos

• À lire aussi: Les partis d’opposition accentuent la pression

« Nous voulons que Loto-Québec et nos casinos soient exemplaires en matière d’intégrité et de pratiques, et nous ferons tout ce qui est nécessaire pour que ce soit le cas », a déclaré le ministre Girard, par voie de communiqué, lundi.

Éric Girard, ministre des Finances
Photo Stevens LeBlanc
Éric Girard, ministre des Finances

Dans le cadre de cet audit indépendant, le vérificateur externe mandaté par le gouvernement aura à se pencher sur les programmes de loyauté offerts par Loto-Québec, ainsi que sur le phénomène des prêts usuraires dans les casinos.

Notre Bureau d’enquête rapportait la semaine dernière que des dirigeants de la mafia ont eu droit à des cartes privilèges et des cadeaux payés par la société d’État, ce que le premier ministre François Legault a jugé « inacceptable ».​   

  • Écoutez l'entrevue du député de Québec solidaire Vincent Marissal avec Benoît Dutrizac sur QUB radio:   

Enquête demandée

Insatisfait de la suite donnée par le ministre Girard, le député de Québec solidaire, Vincent Marissal, continue de réclamer la tenue d’une enquête publique.      

« L’annonce du ministre Girard a tous les airs d’une opération de relations publiques pour noyer le poisson », a réagi le député de Rosemont, à Montréal, qui estime que la haute direction devrait être suspendue le temps de faire toute la lumière sur la situation.   

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio:   

 En Colombie-Britannique

« La Colombie-Britannique est allée plus loin sur cet enjeu et j’invite le gouvernement Legault à faire la même chose pour réellement s’attaquer au blanchiment d’argent dans une perspective plus large », a commenté de son côté la cheffe libérale, Dominique Anglade.

« J’ai l’impression que le gouvernement ne joue pas cartes sur table », a réagi pour sa part le leader parlementaire péquiste, Martin Ouellet, qui croit que le gouvernement aurait dû en profiter pour s’intéresser aux casinos autochtones, qui échappent à la juridiction de Loto-Québec.