/news/currentevents
Navigation

Neuf mois de prison pour un ancien chef pompier incendiaire

Coup d'oeil sur cet article

Un ancien chef de pompier de la région de Lanaudière a été condamné à neuf mois de prison, lundi, pour avoir mis le feu à une maison qu'il voulait acheter, en espérant en faire baisser la valeur.

Le 20 octobre 2014, Serge Lamoureux, alors chef du Service incendie de la municipalité de Chertsey, a mis le feu intentionnellement à la maison voisine de la sienne qu’il convoitait afin d’y installer son fils.

Lors du procès, les preuves ont démontré que l'homme avait usé de son pouvoir de directeur des pompiers et menti pour entrainer la police sur de fausses pistes. Le jour où la maison a brulé, il est allé lui-même constater l'incendie, seul, sans toutefois éteindre les flammes. Il aurait parlé de causes électriques aux enquêteurs, alors que l'enquête a démontré que le feu a été allumé intentionnellement.

C'est la propriétaire de la maison qui avait sonné l'alerte sur son comportement étrange. En effet, Serge Lamoureux s'était montré intéressé à acheter sa maison. Puis, le jour où elle l'a informé de son intention de la confier à un agent immobilier, le feu s'est déclaré à deux endroits distincts sur la résidence.

Or, dans les jours suivants, l'homme faisait une offre d'achat de moitié inférieure au prix demandé en invoquant la perte de valeur causée par l'incendie. Il a aussi demandé avec un ton paniqué à la propriétaire si elle avait parlé aux enquêteurs de son intérêt pour la propriété.

Lamoureux a été suspendu de son poste après son arrestation, deux ans après le crime, mettant ainsi un terme à une carrière de 40 années au Service incendie de Chertsey.

Il a pris le chemin de la prison lundi matin au palais de justice de Joliette. Le juge François Landry l'a fortement réprimandé en le condamnant à neuf mois de prison. Il devra également donner 15 000 $ à sa victime en guise de dédommagement pour la perte de valeur qu'il a causée à sa maison.

«Le crime de l'accusé est sérieux, a dit le juge. Il a menti à plusieurs reprises aux enquêteurs, a tenté de tirer profit de la victime, et a mis la vie des pompiers en danger en mettant le feu.»

Serge Lamoureux a dit regretter son geste, mais que, «malheureusement, on ne peut pas revenir en arrière». Des regrets trop tardifs, selon le tribunal.