/world/america
Navigation

Braquage spectaculaire dans une banque du sud du Brésil

BRAZIL-BANK-ROBBERY
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Environ 30 hommes ont pris d’assaut dans la nuit de lundi à mardi une banque à l’aide d’armes lourdes et d’explosifs et échangé des tirs avec la police lors d’un braquage spectaculaire avec otages, dans une ville du sud du Brésil, a annoncé la police locale. 

Ce déchaînement de violence a réveillé en sursaut la ville de Criciuma, 217 000 habitants, à 200 km au sud de Florianópolis, capitale de l’État de Santa Catarina (sud).

Le butin n’a pas été précisé et les auteurs ont réussi à prendre la fuite.

« Cela a été extrêmement violent. Vers minuit une trentaine de délinquants a mené un assaut en utilisant des armes lourdes et des explosifs » pour ouvrir les coffres, a déclaré à la télévision TV Globo le commissaire Anselmo Cruz, de la police locale. 

Aucun mort n’est à déplorer. Un policier et un gardien de la sécurité ont été blessés.

Les braqueurs ont bloqué plusieurs rues du centre-ville et pris en otage des ouvriers qui étaient en train de repeindre un passage piéton, obligeant l’un d’entre eux à transporter le butin vers les véhicules à bord desquels il ont ensuite pris la fuite, a précisé le site d’informations G1. 

La police a retrouvé les véhicules abandonnés et recherchait toujours les assaillants en fin de matinée.

Quatre personnes ont tenté de récupérer 810 000 reals (environ 128 000 euros) tombés sur la chaussée. Elles ont été interpellées, mais on ignore si elles étaient liées aux cambrioleurs.

La télévision locale a diffusé des images où l’on voit des démineurs retirer dans la zone du braquage, avec un robot et des combinaisons spéciales, quelque 30 kg d’explosifs abandonnés par les assaillants.

Le maire de Criciuma, Clésio Salvaro, a demandé en matinée sur les réseaux sociaux aux habitants de ne pas sortir.

En juillet dernier, des dizaines d’assaillants avaient terrorisé une petite ville de l’intérieur de l’État de Sao Paulo, Botucatu, avec le même genre de braquage à l’explosif.