/finance
Navigation

Deux facteurs expliquent le déficit, selon Jean-Yves Duclos

Coup d'oeil sur cet article

La mise à jour économique de la ministre des Finances Chrystia Freeland, lundi, faisait état d’un déficit de près de 382 milliards$.

• À lire aussi: Trudeau continue de danser la valse des milliards

Ce montant faramineux a beau survenir en année de pandémie, est-ce le seul facteur? Jean-Yves Duclos, le président du Conseil du Trésor, y voit deux facteurs. 

  • Écoutez l'entrevue de Jean-Yves Duclos avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:  

«On était très concentré sur la gestion de crise et il faudra absolument sortir du tunnel. On doit tous être là pour profiter de la relance qui viendra, on l’espère, le plus rapidement possible», a-t-il expliqué à l’émission de Mario Dumont, mardi, à LCN.

«La deuxième chose, c’est qu’il faut être responsable. Toute l’attention du gouvernement est sur la crise sanitaire et la crise économique qui vient avec.»

Plusieurs s’experts sont d’avis que le Canada est le pays au prorata qui a dépensé le plus depuis le début de la pandémie. Le gouvernement fédéral est-il en effet le plus dépensier pour répondre à la même crise?

«Le gouvernement canadien a été très efficace et investi dans le soutien aux personnes vulnérables qui ont perdu leur emploi», assure M. Duclos, qui croit que «nous ne sommes pas au bout du tunnel».

«Si on veut sortir de cette crise très fort, les entreprises devront passer au travers les prochaines semaines. Et les prochaines semaines seront très difficiles, on ne se le cachera pas. La pandémie est grave un peu partout au pays et risque de s’aggraver. 

«L’hiver sera très difficile pour plusieurs entreprises.»

Réserves d'urgence

Le cas où certaines provinces devaient se reconfiner, ce qui nuirait davantage à l’économie, M. Duclos croit que celles-ci auront l’aide nécessaire pour survivre jusqu’au printemps.

«Il y a des réserves d’urgence et des programmes qu’on a bonifiés hier. Par exemple la subvention salariale bonifiée, qui a profité à 4 millions d’entrepreneurs. 

«Cette subvention sera poursuivie jusqu’en juillet et augmentera à 75% mars. C’est essentiel pour des petits commerces. On veut qu’ils puissent continuer à opérer.»

Par ailleurs, M. Duclos croit que le Canada demeure un modèle dans son remboursement de la dette.

  • Écoutez l'analyse de Caroline St-Hilaire et d'Antoine Robitaille avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

«En proportion d’économie, nos paiements d’intérêts sur la dette sont les plus faibles depuis un siècle, insiste-t-il. 

«Ça fait un siècle que le paiement sur la ration de l’économie est aussi faible. Le gouvernement canadien est le pays du G7 qui continue d’avoir le meilleur bilan financier en matière de capacité d’emprunt et de taux d’intérêt.»