/finance/business
Navigation

La Caisse de dépôt ouverte à une autre offre pour Transat

Coup d'oeil sur cet article

La Caisse de dépôt et placement du Québec se tient prête à examiner une offre concurrente à celle d’Air Canada pour l’acquisition de Transat.

• À lire aussi: Vingt mois plus tard, toujours rien pour les sièges sociaux

« Pour l’instant, il y a simplement une offre formelle de la part d’Air Canada. C’est une offre qu’on étudie. Comme par le passé, si des joueurs venaient à se manifester et ont de l’intérêt, c’est certain que la Caisse va regarder ; encore plus, évidemment, si ce sont des joueurs locaux », a affirmé hier le PDG de l’institution, Charles Émond, au cours d’un entretien téléphonique avec Le Journal.

Mais pas question pour la Caisse de se faire l’instigatrice d’une nouvelle offre. « Nous, on a un rôle d’investisseur financier », a martelé M. Émond.

Opérateur stratégique requis

Le grand patron de la Caisse a estimé que pour avoir du succès, une offre qui voudrait rivaliser avec celle d’Air Canada devrait prévoir la participation d’un entrepreneur ou d’un gestionnaire connaissant très bien le secteur de l’aviation, souvent impitoyable.

« Pour une société comme Transat, qui est dans une industrie très compétitive [et] à un moment, on va le dire, très challengeant, ce qui est important, c’est qu’il y ait un opérateur stratégique qui a de l’expérience et qui peut gérer cette société-là », a-t-il noté.

En octobre, à cause notamment des effets dévastateurs de la pandémie, Air Canada a substantiellement révisé à la baisse le prix qu’elle offre pour acheter Transat, le faisant passer de 720 millions $ (18 $ par action) à 190 millions $ (5 $ par action).

La proposition révisée sera soumise à l’approbation des actionnaires de Transat lors d’une assemblée qui se tiendra le 15 décembre.

À la fin de 2019, la Caisse de dépôt détenait un peu plus de 5,8 % des actions de Transat.