/news/coronavirus
Navigation

Le Royaume-Uni ouvre la voie à la vaccination

800 000 doses contre la COVID-19 sont attendues la semaine prochaine

Coup d'oeil sur cet article

Le Royaume-Uni est devenu, mercredi, le premier pays du monde occidental à autoriser un vaccin contre la COVID-19, ouvrant en même temps la voie à une campagne d’immunisation massive et inédite.

Dès la semaine prochaine, 800 000 doses du vaccin contre le coronavirus du tandem américano-allemand Pifzer/BioNTech, réputé pour être efficace à 95 %, sont attendues en sol britannique, grâce à une autorisation d’urgence.

Jusqu’à 10 millions de doses pourraient être livrées avant la fin de l’année.

Le vaccin contre le coronavirus développé par le tandem américano-allemand Pifzer/BioNTech est réputé efficace à 95 %.
Photo AFP
Le vaccin contre le coronavirus développé par le tandem américano-allemand Pifzer/BioNTech est réputé efficace à 95 %.

Pays le plus endeuillé d’Europe, le Royaume-Uni devance ainsi les États-Unis, où le vaccin a été codéveloppé, et l’Union européenne. Ces deux entités doivent se prononcer plus tard ce mois-ci concernant ce produit.

Le gouvernement britannique, qui a acheté en tout 40 millions de doses, entend vacciner en priorité les résidents des centres de soins de longue durée, les travailleurs qui sont à leur chevet et les personnes de 80 ans et plus.

Cette annonce fait aussi ressortir les défis logistiques que pose le vaccin de Pfizer et de BioNTech, qui doit être conservé à la température de -70 °C, et qui nécessite d’administrer deux doses, à 21 jours d’intervalle.

On anticipe qu’il sera plus compliqué de le livrer dans les maisons de retraite et c’est donc dans une cinquantaine d’hôpitaux, où les infrastructures sont plus adaptées, qu’il sera probablement offert en premier.

D’«espoir» à «certitude»

Le premier ministre du Royaume-Uni, Boris Johnson, a estimé que la volonté de retrouver une vie plus normale ne repose plus sur un «espoir», mais sur une «certitude».

Mais il faudra du temps pour immuniser suffisamment de personnes, et le respect des consignes sanitaires est impératif d’ici là, a-t-il insisté.

«Les scientifiques l’ont fait!», a déclaré triomphalement M. Johnson.

Pour la toute première fois, un organisme réglementaire donne son aval à un vaccin pour combattre la pandémie, ce qui est «majeur», selon Nathalie Grandvaux, chercheuse au CHUM, à Montréal, spécialisée dans les interactions hôte-virus.

«Des gens externes, complètement indépendants, qui sont là pour la sécurité du public, ont regardé les données et les approuvent», dit-elle.

Nouvelle «historique»

C’est une nouvelle «historique», parce que le vaccin a été développé en un temps record et qu’il repose sur une nouvelle technologie, l’ARN Messager, qui a le potentiel de «révolutionner» le domaine de la vaccination, d’après elle.

On peut supposer que d’autres pays emboîteront le pas aux Britanniques, y compris le Canada, qui a réservé des millions de doses du vaccin de Pfizer, car «on n’est pas très différents les uns des autres», analyse la Dre Caroline Quach-Thanh, microbiologiste-infectiologue.

Les priorités de vaccination établies par les Britanniques ressemblent également beaucoup à celles qui sont envisagées chez nous, dit-elle.

«Une fois que les plus vulnérables seront vaccinés, ça va nous donner, je vous dirais, une zone tampon où il devrait y avoir moins d’hospitalisations, moins de décès et tranquillement, on va pouvoir ouvrir la société, mais on ne pourra pas abandonner toutes les mesures de prévention d’emblée», dit-elle. 

Priorités de vaccination au Royaume-Uni   

  1. Résidents dans les foyers de soins pour personnes âgées et les travailleurs de la santé qui en prennent soin 
  2. Personnes de 80 ans et plus et personnel de la santé de première ligne 
  3. Personnes de 75 ans et plus 
  4. Personnes de 70 ans et plus et personnes jugées cliniquement extrêmement vulnérables 
  5. Personnes de 65 ans et plus 
  6. Individus de 16 à 64 ans avec des problèmes de santé sous-jacents avec un risque plus élevé de maladie grave 
  7. Personnes de 60 ans et plus 
  8. Personnes de 55 ans et plus 
  9. Personnes de 50 ans et plus   

Source : Joint Committee on Vaccination and Immunisation, un comité consultatif d’experts au Royaume-Uni. Cette liste détaille les priorités de la première phase de vaccination, mais d’autres phases suivront.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres