/news/transports
Navigation

Le RTC vante la fiabilité et le faible coût des midibus

Le RTC vante la fiabilité et le faible coût des midibus
Photo d'archives Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Les midibus ont coûté moins cher à faire rouler à Québec que prévu et le RTC se félicite de la décision de se procurer ces autobus format réduit.  

Le directeur général du Réseau de transport de la capitale, Alain Mercier, a présenté lors d'un comité plénier mercredi les chiffres de performance des petits autobus de 30 pieds qui ont fait couler beaucoup d’encre au cours des derniers mois. «Il existe des préjugés» sur les midibus, notamment dans la population, dans les médias et chez les employés, a affirmé M. Mercier. Mais ceux-ci, dit-il, ne sont pas justifiés. 

Pour les coûts d’exploitation et de carburant, on a obtenu une économie de 25 % entre le midibus et le bus standard hybride de 40 pieds, a-t-il chiffé. «C’est une belle surprise pour nous, on maintient un coût d’exploitation inférieur à nos bus de 40 pieds», a indiqué M. Mercier.  

Fiabilité

Quant à la fiabilité, même si des bris ont été notés, la performance des bus est convenable, soutient le directeur. «L’histoire est un peu différente de la perception publique.»  

Le RTC vante la fiabilité et le faible coût des midibus
Photo d'archives Stevens LeBlanc

Le nombre de kilomètres parcourus avant qu’une panne survienne n’a pas cessé d’augmenter depuis leur acquisition, a-t-il souligné, graphique à l’appui. «Ils ont progressé selon nos attentes et il y a un potentiel d’amélioration. On n’a pas encore atteint le niveau de fiabilité maximal.» 

Gosselin sceptique

«On ne réussira jamais à me convaincre que c’est normal de recevoir une flotte de véhicules qui ont coûté 800 000 $ pièce et d’avoir autant de problèmes», a exprimé le chef de l’opposition, Jean-François Gosselin, qui a cité de nombreuses défectuosités listées sur «neuf pages».  

Il a voulu savoir combien la Ville devra dépenser pour régler les problèmes techniques une fois que les garanties seront échues. Le directeur a souligné que 70 % de toutes les pièces sont communes entre les différents fabricants, ce qui limitera les coûts.