/news/politics
Navigation

L’opposition demande le retrait d’une élue lavalloise

Elle est visée par des allégations de financement électoral illégal

PH-Facebook  Virginie Dufour
Photo tirée du compte Facebook de Virginie Dufour La conseillère Virginie Dufour célèbre sa victoire aux élections de 2013 avec son organisateur Normand Cusson (à gauche) et le maire de Laval, Marc Demers.

Coup d'oeil sur cet article

L’opposition officielle a rué dans les brancards mercredi, à Laval, réclamant que la conseillère Virginie Dufour soit suspendue sans solde de toutes les instances auxquelles elle siège, le temps que la lumière soit faite sur les allégations de financement illégal la visant.

Le parti du maire Marc Demers, le Mouvement lavallois, s’est toutefois opposé à ce que la motion déposée à cet effet par le Parti Laval soit débattue immédiatement.  

C’est donc seulement au prochain conseil municipal, en janvier, que les conseillers voteront à savoir si la conseillère de Sainte-Rose, Virginie Dufour, devra se retirer sans solde de tous les comités auxquels elle siège.

Lundi, notre Bureau d’enquête dévoilait que Mme Dufour s’était exclue du caucus du Mouvement lavallois, en lien avec un enregistrement où on entend un organisateur du parti et proche de Virginie Dufour, Normand Cusson, expliquer à sa conjointe comment la conseillère lui rembourse en argent comptant les dons qu’il effectue au parti. 

« Ça ne fait aucun sens »

« Il y a énormément de contradiction entre ce que le maire Demers dit et ce qu’il fait. D’un côté, nous avons un Marc Demers qui s’empresse d’exclure Virginie Dufour de son caucus, mais qui refuse parallèlement qu’elle soit suspendue des comités, des commissions et des conseils d’administration sur lesquels elle siège. Ça ne fait aucun sens ! » a blâmé mercredi le chef du Parti Laval, Michel Trottier. 

De son côté, le directeur des communications du cabinet de Marc Demers, Alexandre Banville, a dit que le Mouvement lavallois avait proposé de reporter la motion, car il ne leur semblait pas « de bon aloi d’agir unilatéralement avant même que les autorités compétentes se soient prononcées ». 

Irréprochable

Mme Dufour, qui a demandé à Élections Québec et au Bureau d’intégrité et d’éthique de Laval de faire enquête, a réitéré son innocence en séance du conseil municipal. 

Appelée à réagir plus tôt cette semaine, la ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, est demeurée prudente sur toute cette affaire. 

« Les règles ont été resserrées au cours des dernières années en ce qui concerne le financement politique municipal [...] Ce qui est certain, c’est que tout élu se doit d’avoir un comportement irréprochable [...] Ainsi, si ces faits sont avérés, c’est évidemment inacceptable », a commenté son attachée de presse, Bénédicte Trottier-Lavoie. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.