/world/pacificasia
Navigation

Hong Kong: peines d'emprisonnement pour Joshua Wong et deux célèbres militants prodémocratie

Joshua Wong (centre) et Ivan Lam (gauche)
Photo AFP Joshua Wong (centre) et Ivan Lam (gauche)

Coup d'oeil sur cet article

Hong Kong | Joshua Wong, l'une des figures les plus connues de la contestation à Hong Kong, et deux autres célèbres militants ont été condamnés mercredi à des peines d'emprisonnement pour leur rôle dans les manifestations de l'an passé. 

M. Wong, 24 ans a écopé de 13 mois et demi de prison tandis que ses camarades Agnes Chow et Ivan Lam ont été respectivement condamnés à dix et sept mois de détention.

«Les jours à venir seront difficiles, mais nous tiendrons bon», a crié M. Wong alors qu'il était conduit à l'extérieur de la salle.

Lors du procès, le 23 novembre, M. Wong, 24 ans ainsi que les deux autres dissidents, tous deux âgés de 26 ans, avaient plaidé coupable des faits qui leur étaient reprochés. 

«Les accusés ont appelé les manifestants à assiéger le quartier général (de la police de Hong Kong) et scandé des slogans hostiles à la police», a déclaré la magistrate Wong Sze-lai. 

«La détention immédiate est l'option la plus appropriée», a-t-elle affirmé.

Mme Chow a éclaté en sanglots à l'énoncé de sa condamnation. 

En dépit de sa jeunesse, M. Wong, qui a commencé à militer à 13 ans, a déjà effectué des séjours derrière les barreaux.

Incarnant aux yeux de l'opinion internationale la résistance à Pékin dans l'ex-colonie britannique, il a été désigné comme l'une des personnes les plus influentes du monde par les magazines «Time», «Fortune» et «Foreign Policy».

• À lire aussi: Manifestation à Hong Kong: le militant prodémocratie Joshua Wong placé en détention provisoire

En 2019, l’ex-colonie britannique a connu d’immenses manifestations, souvent violentes, visant à dénoncer l’influence de la Chine sur la région semi-autonome. 

En dépit de l’ampleur de cette mobilisation, l’exécutif hongkongais, qui est aligné sur Pékin, n’avait fait aucune concession aux manifestants.

La loi draconienne sur la sécurité nationale imposée en juin par Pékin et les poursuites judiciaires engagées contre nombre de militants pro-démocratie ont cependant mis fin à ce mouvement de contestation. 

Joshua Wong, 24 ans, est poursuivi avec deux autres dissidents célèbres, Ivan Lam, 26 ans, et Agnes Chow, pour une manifestation devant le quartier général de la police de Hong Kong en juin 2019.

Tous trois ont plaidé coupable le 23 novembre des faits qui leur sont reprochés, notamment incitation et organisation d’un rassemblement illégal. Placés depuis en détention provisoire, ils encourent une peine de trois ans de prison. 

En dépit de sa jeunesse, M. Wong a déjà effectué des séjours derrière les barreaux, lui qui est déjà un vieux briscard de la lutte politique.

« Toutes ces peines et souffrances ne feront que renforcer notre courage et nos convictions en faveur de la démocratie et de la justice », pouvait-on lire lundi sur son compte Twitter, en même temps qu’une lettre dans laquelle il disait avoir été placé à l’isolement. 

« Des cages ne peuvent pas enfermer les âmes », a-t-il ajouté. 

C’est adolescents que les deux garçons et la jeune fille s’étaient enrôlés dans le mouvement pro-démocratie.

Tous trois s’étaient engagés en 2012 dans la bataille -gagnée- contre l’introduction de cours de patriotisme chinois.

Deux ans plus tard, ils avaient joué un rôle de premier plan dans le « Mouvement des Parapluies » qui réclamait un véritable suffrage universel à Hong Kong sans obtenir la moindre concession de Pékin.

Les manifestants avaient occupé le centre de la ville pendant 79 jours, ce qui avait valu à certains militants des peines d’emprisonnement.

En juin 2019, un nouveau mouvement de contestation né d’un projet de loi largement décrié autorisant les extraditions vers la Chine, voyait le jour. 

Sans véritable leader, il a été marqué par sept mois de manifestations quasi quotidiennes, émaillées de violentes échauffourées entre policiers et manifestants.

Plus de 10 000 personnes ont été arrêtées au cours des 18 derniers mois dont la plupart des principaux militants et figures de l’opposition.