/news/society
Navigation

Le PDG du CISSS de Lanaudière est démis de ses fonctions

Sa gestion avait été pointée du doigt après la mort troublante de Joyce Echaquan

GEN
Photo courtoisie Joyce Echaquan tient dans ses bras son plus jeune fils, Carol Jr Dubé, et sa petite-fille, Jos-Liane Echaquan, quelques mois avant son décès.

Coup d'oeil sur cet article

Québec démet de ses fonctions le PDG du CISSS de Lanaudière, Daniel Castonguay, vivement critiqué après la mort de la jeune mère attikamek de Manawan, Joyce Echaquan. 

L’actuelle PDG du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, Caroline Barbir, deviendra jeudi la PDG par intérim du CISSS de Lanaudière. 

Elle conserve ses fonctions au CHU Sainte-Justine, a souligné le gouvernement.

Mme Barbir œuvre depuis près de quatre décennies dans le réseau de la santé. Elle a occupé plusieurs postes de directrice générale dans divers hôpitaux de la province. 

Ce changement de garde à la tête du CISSS n’est toutefois pas une surprise.

À la fin octobre, M. Castonguay avait affirmé ne pas avoir été informé des plaintes de discrimination et de racisme formulées au Centre hospitalier de Lanaudière.

La situation avait pourtant été décriée dans le rapport de la commission Viens en 2019, bien avant la mort troublante de Joyce Echaquan.

Le premier ministre François Legault et le ministre de la Santé Christian Dubé avaient ainsi laissé entendre qu’ils souhaitaient avoir « les bonnes personnes en place » pour rétablir les ponts avec Manawan.

  • Écoutez La rencontre Dutrizac-Dumont sur QUB radio:

Lien de confiance brisé 

« Une enquête sur le terrain qui a débuté à la mi-novembre a démontré que le lien de confiance entre la communauté autochtone et le CISSS de Lanaudière a été complètement brisé », a confié au Journal une source gouvernementale. 

L’enquête recommande de rediriger M. Castonguay vers d’autres fonctions au ministère de la Santé. « Il sera réaffecté à l’équipe de Jérôme Gagnon, responsable de l’organisation de la vaccination à travers le Québec », a ajouté la source. 

Le ministère de la Santé a tenu à préciser qu’il ne s’agissait pas d’une promotion, mais plutôt « de la réaffectation d’une ressource là où il y a des besoins ». 

– Avec l’Agence QMI