/entertainment/radio
Navigation

Nathalie Normandeau retourne à la radio

Nathalie Normandeau retourne à la radio
Photo d'Archives

Coup d'oeil sur cet article

Fraîchement libérée des accusations qui pesaient contre elle, Nathalie Normandeau n’aura pas mis trop de temps à dénicher un nouvel emploi. L’ancienne vice-première ministre se joint à l’équipe du 98,5 FM à Montréal.

Cogeco Média a confirmé son embauche mercredi matin. Ironiquement, c’est son ancien patron du FM93 à Québec, Pierre Martineau, qui l’a recrutée une seconde fois puisqu’il dirige désormais l’antenne montréalaise.  

Nathalie Normandeau remplacera dans un premier temps Bernard Drainville à l’animation sur l’heure du midi durant le congé des Fêtes, à compter du 21 décembre, jusqu’au 8 janvier. Elle se joindra ensuite à l’émission matinale de Paul Arcand, à titre de « commissaire » pour commenter l’actualité, avec Luc Ferrandez.  

«Nathalie est une communicatrice hors pair et de grande expérience. C'est un plaisir de travailler avec elle de nouveau sur les ondes du 98,5», a déclaré Pierre Martineau, vice-président du réseau parlé de Cogeco et directeur général du 98,5.  

La nouvelle recrue du 98,5 FM fera la navette entre Québec et Montréal au début de son mandat mais elle interviendra par la suite en direct des studios de Québec. Elle n’a pas l’intention de déménager dans la métropole. 

Rappelons que l’ancienne ministre libérale a fait l’objet de procédures judiciaires très médiatisées depuis son arrestation par l’UPAC en 2016. Son procès pour fraude envers le gouvernement, abus de confiance et corruption dans les affaires municipales, n’aura finalement jamais eu lieu et a avorté cet automne en raison des délais déraisonnables.  

Le 26 octobre dernier, elle est devenue officiellement libre comme l’air quand le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a confirmé qu’il ne contesterait pas l’arrêt des procédures devant la Cour d’appel.  

«J’ai vraiment très hâte»

Jointe par Le Journal mercredi, Nathalie Normandeau s’est dite «très heureuse» de son retour avec sa «première famille radiophonique». Même si elle avait poursuivi Cogeco au civil pour son congédiement, à la suite de son arrestation, le litige s’était conclu par une entente hors cour. Elle dit n’avoir jamais gardé d’animosité envers ses anciens patrons. 

«J’ai vraiment très hâte de me remettre en marche. J’aborde ce défi avec beaucoup d’humilité. Retrouver un micro, c’est ce que je souhaitais et je vais travailler avec Paul Arcand, qui est l’animateur le plus écouté au Canada. C’est comme gagner la médaille d’or. Pour moi, c’est inespéré...» Les termes de son contrat et sa durée sont confidentiels. 

En entrevue, elle s’est dite parfaitement consciente qu’elle ne fera jamais l’unanimité auprès des auditeurs. «Je sais qu’il y a des gens qui vont toujours avoir un doute sur mon intégrité mais ce que je peux leur dire, c’est que je n’ai pas commis les crimes pour lesquels j'ai été accusée mais à un moment donné, il faut que je passe à un autre appel (...) Je ne peux pas passer ma vie à me justifier et à m’expliquer. Je vais continuer à vivre malgré ce qui m’est arrivé.»