/news/currentevents
Navigation

Affaire Huawei : Meng Wanzhou négocie avec le département américain de la Justice

Affaire Huawei : Meng Wanzhou négocie avec le département américain de la Justice
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le département américain de la Justice discute d’un possible accord avec la directrice financière du géant chinois Huawei, Meng Wanzhou, qui a été arrêtée il y a deux ans à Vancouver à la demande de Washington. 

Selon le quotidien The Wall Street Journal, Meng Wanzhou, qui est depuis en résidence surveillée dans sa maison de la Colombie-Britannique, pourrait ainsi rentrer en Chine, ce qui mettrait fin à un important imbroglio entre Pékin et Ottawa.

En vertu d’un «accord de poursuites différées», Meng Wanzhou, 48 ans, devrait admettre des actes répréhensibles en matière de fraude, selon le journal américain. C’est en vertu de ces allégations que le Canada avait arrêté la femme le 1er décembre 2018 à Vancouver, alors qu’elle effectuait un transfert entre deux vols. Depuis, elle conteste son extradition aux États-Unis.

Les accusations contre Meng Wanzhou, qui est la fille du fondateur de Huawei, Ren Zhengfei, pourraient être différées ou même abandonnées, si elle coopère avec la justice américaine, toujours selon le «Wall Street Journal».

Tant les autorités américaines, canadiennes et la direction de Huawei ont refusé de commenter ce nouveau chapitre d’une longue saga, jeudi.

Rappelons que quelques jours après l’arrestation de Meng Wanzhou, la Chine avait arrêté deux Canadiens en les accusant d’espionnage. Pékin avait toutefois nié qu’il s’agisse d’un geste de représailles. Michael Kovrig et Michael Spavor croupissent depuis deux ans en prison dans des conditions de détention extrêmement difficiles.

De plus, soulignons que Huawei souhaite implanter sa technologie 5G au Canada.