/entertainment/tv
Navigation

«Code Québec»: quand la Belle Province se regarde dans le miroir

«Code Québec»: quand la Belle Province se regarde dans le miroir
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

Jusqu’à quel point les Québécoises sont-elles «germaines»? Le hockey est-il véritablement une religion chez nous? Sommes-nous racistes, écologiques, propres, heureux, gourmands?

La nouvelle série documentaire Code Québec, que Télé-Québec dévoilera le 8 janvier prochain, est absolument fascinante et nous en dira long sur qui nous sommes.

Animée par Dave Ouellet (alias MC Gilles) et Jean-Marc Léger, de la firme Léger (le «gars des sondages», dixit ce même MC Gilles), l’émission questionne, avec le sourire en coin, sans prétention et sans jugement, les valeurs des Québécois. Elle est inspirée par le livre Le Code Québec, signé par M. Léger en 2016 et dont une nouvelle édition sortira en janvier, a-t-on appris jeudi.

«Code Québec»: quand la Belle Province se regarde dans le miroir
PHOTO COURTOISIE

«C’est comme regarder un Québécois tout nu dans le miroir, a imagé Jean-Marc Léger. Ce n’est pas toujours beau, mais c’est nous autres! On voulait mettre le doigt sur la différence québécoise, toucher la corde sensible chez les gens.»

«La série répond à trois questions: d’où venons-nous, qui sommes-nous et où allons-nous? Et on n’arrive pas avec un portrait de Québécois à la ceinture fléchée. Ça donne un Québec multiculturel, métissé, très différent de celui qu’on imagine. À chaque épisode, on fait des découvertes», a ajouté le sondeur, qui cumule 35 ans de carrière.

Nuances

Chaque épisode, deux sujets sont traités à travers les opinions et les explications d’un expert, d’un passionné de la thématique et de commentaires du «vrai monde» (expression honnie par Dave Ouellet). Aucun thème n’a été évité ou censuré.

La production s’est promenée partout en province pour croquer un polaroïd (ou un selfie!) hyperfidèle, «ni complaisant ni critique», considère Jean-Marc Léger, de notre ADN collectif. Des personnes de tous les âges, milieux et classes sociales ont été interviewées.

Avec, à l’appui, les statistiques et les conclusions tirées des sondages de Jean-Marc Léger, et des tranches d’histoire amenées de façon ludique. Certains chiffres des études réalisées par Léger et rapportés dans la série sont dans le livre Le code Québec, d’autres sont exclusifs.

«Code Québec»: quand la Belle Province se regarde dans le miroir
PHOTO COURTOISIE

Les résultats, promet-on, seront révélateurs. Par exemple, à la lumière de leurs observations, Jean-Marc Léger et Dave Ouellet (qui forment un duo très complice, le premier étant un être de chiffres, et le second, habile à faire jaser ses interlocuteurs) ont constaté que les bottines des Québécois suivent rarement leurs babines.

En ce sens, on a beau clamer ne pas être raciste, on rit quand même à l’occasion de blagues sur les autres nationalités. Et, derrière les beaux discours environnementalistes, se cache un engouement pour les restaurants, les voyages et les véhicules polluants chez la tranche la plus aisée de la population, des plaisirs pas spécialement recommandés pour la santé de notre planète.

Code Québec exposera toutes les «nuances de gris» entre les bonnes intentions et les actions concrètes des Québécois. Semble-t-il aussi que les points de vue diffèrent beaucoup entre Montréal et le reste de la province.

Fait à noter: une partie des tournages de Code Québec a eu lieu à l’automne 2019 (et ne nécessitaient donc pas de distanciation), et le reste a eu lieu en 2020, dans le respect des mesures sanitaires. «On a respecté toutes les règles», a spécifié la productrice Izabel Chevrier, de Pixcom.

Code Québec, le vendredi, à 19h30, dès le 8 janvier, à Télé-Québec.

Quelques sujets de «Code Québec»   

  • Le Québécois et son voisin du Sud  
  • Le Québécois et ses animaux de compagnie  
  • Le Québécois et l’étranger  
  • Le Québécois aime-t-il cuisiner autant que manger? 
  • Le sens décisionnel du Québécois  
  • Le Québécois sait-il mieux conduire que les autres? 
  • Le Québécois est-il heureux? 
  • Le Québécois et la propreté. En termes de valeur, où en est-on? 
  • Le Québécois est-il «patenteux»? 
  • Le Québécois et ses artistes  
  • La fidélité chez les Québécois  
  • Le Québécois et le sens de la fête  
  • Les antidépresseurs et le stress des Québécois  
  • Les Québécois et la religion  
  • Les Québécois et l’honnêteté  
  • Les Québécois et l’hiver  
  • Nous et la langue française  

Quelques statistiques intéressantes tirées de «Code Québec»   

  • Au Québec, 46% des femmes en couple se disent «germaines». Chez les 25 à 34 ans, 60% d’entre elles revendiquent ce titre, et 30% des hommes estiment que leur conjointe l’est. 
  • Chez les 25 à 44 ans, 80% des femmes sont sur le marché du travail, et 40% des patrons sont des femmes. 
  • 36% des Québécois se disent passionnés par le hockey, mais la moitié d’entre eux disent l’être moins qu’avant. Le hockey est moins populaire à Montréal maintenant qu’il ne l’est à Toronto, à Edmonton, à Calgary et à Vancouver. 
  • L’environnement est apparemment une priorité dans la vie de 80% des Québécois, devant la santé et l’économie. 55% estiment qu’elle doit prendre le pas sur l’économie qui, elle, est préconisée par 33% des gens. Au Canada anglais, on se soucie de l’environnement à hauteur de 46% et de l’économie à 42%. 
  • 17% des Québécois ne se lavent pas tous les jours. C’est deux fois plus qu’ailleurs au Canada. 
  • 30% des Québécois trouvent leur patron incompétent. 
  • 20% des Québécois ont déjà trompé leur conjoint. C’est plus qu’au Canada anglais, mais moins qu’en France. 
  • 20% des Québécois soutiennent être racistes