/news/society
Navigation

Des organismes de défense de gens handicapés dénoncent le gouvernement Legault

Coup d'oeil sur cet article

En cette Journée internationale des personnes handicapées, le Collectif des organismes pour la défense des droits des personnes en situation de handicap (CODDPSH) est furieux que le ministre de la Santé et des Services sociaux Christian Dubé ait refusé une rencontre. 

• À lire aussi - Journée internationale des personnes handicapées: peu de célébrations et beaucoup d’attentes

«Nous considérons que ce refus est significatif de l'incompréhension qu'a ce ministère des enjeux spécifiques des populations que nous représentons», a affirmé le Collectif par communiqué, jeudi matin.

Il soutient avoir fait parvenir au ministre plusieurs centaines de cartes postales cet automne pour le sensibiliser à leurs revendications.

«En guise de réponse, nous avons été, une fois de plus, recommandés à des attachés ne disposant d'aucun pouvoir décisionnel. Le ministre fait ainsi preuve d'aveuglement volontaire. Pire encore : il se rend complice de la précarisation des conditions de vie des personnes en situation de handicap, population qui, on le sait, compte déjà parmi les plus durement touchée par la pandémie», a déclaré François Allard, agent de défense des droits chez Ex aequo.

Les cartes envoyées abordaient quatre revendications que les organismes du Collectifs considèrent comme prioritaires. Il s’agit de l'accessibilité des réaménagements urbains, des obstacles posés par les mesures de distanciation sociale pour les personnes ayant des besoins en accompagnement, du financement des programmes de soutien à domicile et de l'adaptation des soins offerts en CHSLD pour les personnes en situation de handicap.

« Les politiques du ministère de la Santé et des Services sociaux tendent à assimiler les besoins des personnes en situation de handicap à ceux plus larges des personnes aînées. Ce faisant, il néglige le caractère spécifique de leurs revendications qui, pour la plupart, diffèrent significativement de celles portées par une population en perte d'autonomie», a précisé Walter Zelaya, Directeur général, Moelle épinière et Motricité Québec.

Le Collectif s’est toutefois réjoui de pouvoir rencontrer les partis d’opposition de l’Assemblée nationale.

Fondé l’été dernier, ce regroupement comptant plus de quinze organismes a pour mission d’amener le gouvernement du Québec à tenir compte des «réalités souvent difficiles vécues au quotidien par les personnes en situation de handicap».