/news/politics
Navigation

Legault a connu une dure journée

Coup d'oeil sur cet article

Pour une deuxième fois, François Legault a dû faire un mea culpa sur sa gestion de la pandémie, après avoir été la cible des railleries de l’opposition, dans une dure journée marquée par l’annulation des rassemblements de Noël.

• À lire aussi: Le gouvernement ne remplit pas sa part du «contrat moral», selon QS

• À lire aussi: Les réveillons seront tranquilles

Le printemps dernier, M. Legault avait pris sa part du blâme de la situation catastrophique dans les CHSLD en reconnaissant qu’il aurait dû augmenter plus tôt les salaires des préposés aux bénéficiaires.

Cette fois-ci, le chef caquiste regrette d’avoir cru, en annonçant son plan de match pour les Fêtes le 19 novembre dernier, que la situation pouvait s’améliorer.   

  • Écoutez l'analyse d'Antoine Robitaille et de Caroline St-Hilaire avec Benoit Dutrizac sur QUB radio:   

« Je ne me donne pas une note parfaite pour la gestion de la crise », a répété François Legault, visiblement exaspéré après de longs mois de pandémie.

« Si c’était à refaire, bien, je n’ouvrirais pas la porte à deux jours de rassemblements à Noël », a avoué le premier ministre.

« Je veux rassurer tout le monde : je ne considère pas que je suis parfait, loin de là. Mon épouse pourrait vous en ajouter là-dessus », a continué M. Legault, en revenant sur les attaques des partis d’opposition qui l’ont mis en colère jeudi matin.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Les couteaux volent bas

Péquistes et libéraux ont reproché au premier ministre d’avoir dit, dans une entrevue accordée au magazine L’Actualité, qu’il n’avait commis aucune erreur depuis le début de la pandémie.

« Je pense que c’est insultant et c’est particulièrement prétentieux », a vilipendé le chef parlementaire du Parti québécois, Pascal Bérubé.

« Trumpian », a réagi sur Twitter le député libéral Gregory Kelley, avant de finalement supprimer son message.  

  • Écoutez la chronique de Caroline St-Hilaire à l’émission de Pierre Nantel sur QUB radio:

Il s’est déchaîné au Salon bleu

Invité par la cheffe libérale, Dominique Anglade, à reconnaître que le dévoilement hâtif de son plan de Noël était « une erreur », le premier ministre s’est plutôt déchaîné au Salon bleu contre le député libéral Monsef Derraji.

Il l’a accusé de s’être acoquiné dernièrement avec des personnalités qui jugent les règles sanitaires trop sévères, comme l’animateur Jeff Fillion et le groupe « Entrepreneurs en action du Québec », qui conteste maintenant le bien-fondé des mesures sanitaires. « C’est irresponsable, c’est un manque de maturité », a tonné le premier ministre.

M. Legault a également écorché le chef parlementaire péquiste, Pascal Bérubé, en lui disant qu’il « commence à ressembler » à M. Derraji.