/news/provincial
Navigation

Gel de taxes à Québec: budget adopté avec la dissidence de Québec 21

Gel de taxes à Québec: budget adopté avec la dissidence de Québec 21
Photo d'archives Stevens Leblanc

Coup d'oeil sur cet article

Le budget de la Ville de Québec avec son gel de taxes a été adopté jeudi matin, avec la dissidence des trois conseillers de Québec 21.

• À lire aussi: Un gel de taxes pour tous en 2021, comme promis

• À lire aussi: Budget: le maire Labeaume satisfait, malgré l’inconnu

«On récolte de nos années de conservatisme et de rigueur», a fait valoir le maire de Québec, Régis Labeaume, quelques minutes avant le vote pour l’adoption du budget 2021 de la Ville de Québec.  

«Pour la troisième fois en cinq ans, nous gelons les taxes à Québec. L’augmentation des taxes résidentielles est 70% moins chère que la moyenne des grandes villes au pays et, même dans le secteur commercial, on est en deçà des plus grandes villes», a exprimé le maire. 

«L’avenir de cette ville est florissant», a-t-il affirmé.  

Le conseiller de Démocratie Québec, Jean Rousseau, a appuyé le budget. Le congé de taxes est pour lui «important». La Ville aurait dû faire face à des «choix difficiles» si elle n’avait pas reçu d’aide du gouvernement, a-t-il dit. «Pour bien des commerçants, la réalité extérieure fait en sorte qu’on va perdre des joueurs. Ça va faire mal à l’économie». Il a voté en faveur de l'adoption du budget, notamment en raison des nouveaux investissements qui seront faits pour améliorer le déneigement.  

Les conseillers indépendants Yvon Bussières et Raymond Dion ont fait de même, saluant le gel de taxes.  

Du côté de Québec 21, Jean-François Gosselin, Patrick Paquet et Stevens Mélançon ont dénoncé le «record de projets coûteux», le non-respect du cadre financier et le fait que la dette ne baisse pas aussi vite que prévu, ainsi qu'un «manque de transparence». Ils se sont dits satisfaits du gel, mais se sont plaints de ne pas avoir reçu les réponses à leurs questions.  

«Je suis déçu de l’exercice d'étude du budget. On a ri des élus», a affirmé M. Mélançon.  

«Je suis un peu gêné de ce que j’entends de l’opposition. On critique le travail des fonctionnaires. On a fait un plénier de 35 heures. On a donné la chance à l’opposition de poser toutes leurs questions», a répliqué le vice-président du comité exécutif Rémy Normand, affirmant que les fonctionnaires ont été obligés de répéter plusieurs fois les réponses. 

«Un cirque»

Les discussions ont été corsées lors du segment sur l'adoption du plan d'investissement sur cinq ans, qui a été adopté avec un appui moins grand. Cinq conseillers ont marqué leur dissidence. Les élus de Québec 21 et d'Équipe Labeaume se sont confrontés. «C’est un cirque. Nous refusons de participer à ce cirque», a pesté Jean-François Gosselin.

«Vous êtes dans l’arène vous aussi. Alors, si vous considérez ça comme un cirque, vous faites partie du cirque aussi», a répliqué le président du conseil municipal, Vincent Dufresne. 

Jean Rousseau a voté contre, n'étant pas d'accord avec différentes mesures, notamment le centre de biométhanisation, l'abandon du système automatisé de stationnement, le système de communication de la police, le Grand Marché et ses coûts qui augmentent et le Centre de glaces, dont on ne connaît pas les coûts opérationnels.

Une prise de position critiquée par le maire. «Quant à ce budget d'investissement, c'est pas vrai que Démocratie est un champion du transport structurant», a-t-il soutenu, puisque le plan contient des sommes pour les travaux préparatoires du tramway. 

Duplessis

L'indépendant Raymond Dion a aussi marqué son opposition au plan quinquennal, jugeant que son district est victime de «petite politique». Il a regretté que seulement 1,6 million de dollars soient dépensés à Loretteville. «Régis Labeaume fait de la petite politique parce qu'il taxe les autres qui ont osé être contre Équipe Labeaume. Il punit les citoyens [du district] d'où il est lui-même originaire. [...] Le PIQ, c'est l'illustration que Maurice Duplessis est encore bien vivant.»

Le conseiller d'Équipe Labeaume Steeve Verret a répliqué que le district de M. Dion avait bénéficié d'investissements de plusieurs millions de dollars au cours des dernières années. «Les gens de Loretteville ont voté pour Équipe Labeaume, ils n'ont pas voté pour le comportement du conseiller. [...] Le conseiller ne serait pas là s’il ne s'était pas présenté pour Équipe Labeaume.»