/world/usa
Navigation

La Chine, «plus grande menace pour la démocratie», selon le chef du renseignement américain

Coup d'oeil sur cet article

Le chef du renseignement américain a qualifié jeudi la Chine de «plus grande menace pour la démocratie et la liberté dans le monde depuis la Seconde Guerre mondiale», alors que Washington restreignait sévèrement les visas de voyage pour les membres du Parti communiste chinois.

• À lire aussi: Pékin dénonce des restrictions de voyage imposées par les États-Unis aux membres du PCC

Dans un article d’opinion publié par le Wall Street Journal, le directeur du Renseignement national, John Ratcliffe a dénoncé le vol par la Chine de secrets d’affaires et de technologies de défense américains.

«La République populaire de Chine représente la plus grande menace pour l’Amérique aujourd’hui, et la plus grande menace pour la démocratie et la liberté dans le monde depuis la Seconde Guerre mondiale» (1939-1945), a-t-il écrit.

  • Écoutez le chroniqueur de politique internationale Loïc Tassé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Il a également décrit des opérations au cours desquelles des agents chinois ont utilisé la pression économique pour influencer les législateurs américains ou les compromettre. 

«Nos renseignements montrent que Pékin mène régulièrement ce type d’opération d’influence aux États-Unis», a-t-il écrit. «Les dirigeants chinois cherchent à subordonner les droits de l’individu à la volonté du Parti communiste», a encore accusé M. Ratcliffe.

Dans le même temps, le département d’État a déclaré que les membres du Parti communiste chinois étaient «hostiles aux valeurs américaines» et engagés dans des «activités néfastes».

En vertu de nouvelles règles entrant en vigueur immédiatement, les visas délivrés aux membres du parti et à leur famille proche demeureront valides pendant un mois seulement après leur délivrance et pour une seule entrée.

Auparavant, certains visas permettaient des entrées illimitées et pouvaient rester valides jusqu’à 10 ans.