/entertainment/music
Navigation

Un legs inestimable

Mort jeudi à 84 ans, André Gagnon a inspiré plusieurs jeunes artistes

Andre Gagnon
Photo d'archives En concert en 2010.

Coup d'oeil sur cet article

Décédé à l’âge de 84 ans, l’immense pianiste André Gagnon laisse derrière lui le souvenir impérissable d’un compositeur prolifique qui a fait le tour du monde, inspiré plus d’une génération de musiciens et qui a servi de trait d’union entre l’univers classique et la culture pop. 

• À lire aussi: Nombreux hommages au célèbre pianiste André Gagnon

Dans le concert d’éloges qui a suivi l’annonce de sa mort des suites de la maladie à corps de Lewy, jeudi, de nombreux jeunes artistes, parmi lesquels des vedettes du courant néoclassique, se sont réclamés de l’héritage de ce fils de Saint-Pâcome, dans le Bas-Saint-Laurent. 

« Entre la musique classique et la musique populaire, il me semble qu’il se fichait bien des étiquettes. Il a pavé le chemin pour des pianistes comme moi », a observé Alexandra Stréliski.  

  • Écoutez la chronique d'Anaïs Guertin-Lacroix sur QUB radio    

« Cette aura de mystère, de fierté et de musique que tu as semée dans notre famille. Le piano dans la maison, la musique dans le cœur et l’accessibilité du rêve d’en faire notre vie. Ce soir, j’écoute Neiges comme quand j’avais sept ans et que t’étais mon idole », a partagé Klô Pelgag sur les réseaux sociaux.

Au gala de l’ADISQ en 1989.
Photo d’archives
Au gala de l’ADISQ en 1989.

Inspirante polyvalence

André Gagnon était un créateur touche-à-tout au legs inestimable. Outre ses nombreux albums, il a signé des musiques pour le cinéma, la télévision, le théâtre et la danse.

Il a même joué le rôle de Dédé le pianiste dans le film La vie heureuse de Léopold Z, de Gilles Carle, en 1965.

Renée Claude et André Gagnon
Photo d'archives
Renée Claude et André Gagnon

Sa polyvalence a été une source d’inspiration pour les jeunes.

« Il touchait à plusieurs disciplines et ma génération est appelée à se diversifier comme il le faisait. Ça me décomplexe de faire plusieurs choses. Oui, je fais de la musique à l’image, mais j’ai aussi une carrière de chanteuse », dit Viviane Audet, qui vient justement de faire paraître son premier album de musique instrumentale au piano.

Un fleuron disparu

En compagnie de la chanteuse Renée Claude et de Clémence DesRochers.
Photo d'archives
En compagnie de la chanteuse Renée Claude et de Clémence DesRochers.

Malgré des études en musique classique, très tôt dans sa carrière, André Gagnon s’est orienté vers la culture populaire. Il a collaboré avec les Jean-Pierre Ferland, Claude Léveillée et, plus tard, avec Pauline Julien, Diane Dufresne, Renée Claude et de nombreux autres.

« Il a rendu son art accessible », a signalé le premier ministre François Legault, jeudi, lors de son point de presse quotidien.

Andre Gagnon
Photo d’archives

Un de ses plus grands succès en carrière, Wow, a résonné dans les boîtes de nuit du monde entier, durant les années 1970. Son album de Noël, paru en 1992, est un classique du genre.

Il était un passionné d’Émile Nelligan. C’est lui qui a composé la musique de l’opéra Nelligan, présenté en 1990, d’après un texte de Michel Tremblay.

Le dramaturge était inconsolable.

« Dédé, a-t-il écrit sur les réseaux sociaux, les mots me manquent pour le moment... Le Québec a perdu un de ses plus beaux fleurons, le monde un grand mélodiste et moi un ami, un collaborateur, un complice. »  

Biographie  

Andre Gagnon
Photo d'archives, Agence QMI
  • Né le 2 août 1936, à Saint-Pâcome, André Gagnon commence à jouer du piano à l’âge de cinq ans.  
  • Il étudie le piano, la composition, et le solfège au Conservatoire de musique de Montréal, de 1957 à 1961.  
  • Dès le milieu des années 1960, il enregistre des albums au rythme d’un par année et il commence à parcourir la planète. Il obtiendra notamment un succès considérable au Japon.  
  • Écoulé à plus de 700 000 exemplaires, l’album Neiges, lancé en 1975, se maintient dans le top 10 du magazine Billboard pendant 24 semaines.  
  • André Gagnon a enregistré plus de 600 œuvres musicales répertoriées à la SOCAN.  
  • Il a cumulé de nombreux prix et distinctions. Il a notamment remporté 16 prix Félix, au Gala de l’ADISQ, dont 13 fois celui décerné à l’album de musique instrumentale de l’année.  
  • En 2018, il a été fait Officier de l’Ordre national du Québec.     

Hommages    

François Legault
Photo Stevens LeBlanc
François Legault

« Le Québec perd un de ses grands musiciens. Ses mélodies continueront de nous émerveiller. »

– François Legault


Josélito Michaud
Photo d'archives, Ben Pelosse
Josélito Michaud

« Il s’en est allé rejoindre son ami Claude Léveillée. [...] Ces deux géants de la musique avaient l’humilité du cœur, ce qui a donné beaucoup d’âme à leurs nombreuses mélodies. »

– Josélito Michaud


Yves-François Blanchet
Photo d'archives, Agence QMI
Yves-François Blanchet

« Dans un art où il excellait, il a fait briller le Québec à travers le monde et nourri notre fierté. »

– Yves-François Blanchet