/news/currentevents
Navigation

Opération antidrogue majeure au Saguenay

Coup d'oeil sur cet article

L’escouade régionale mixte (ERM) du Saguenay–Lac-Saint-Jean a mené, mercredi, une opération policière majeure visant à démanteler un réseau de trafiquants de stupéfiants actif dans la région.

Les policiers ont perquisitionné 11 lieux, surtout des résidences, mais aussi deux commerces, et ont procédé à l’arrestation de sept suspects, des individus âgés de 28 à 37 ans originaires de Saguenay et de la région de Montréal.

Ces derniers sont présumés être des acteurs «importants» d’un réseau d’approvisionnement et de distribution de stupéfiants qui œuvrait au profit des motards criminalisés. «Ils comparaîtront ultérieurement pour faire face à différentes accusations en matière de stupéfiants», selon la Sûreté du Québec (SQ).

Le coup de filet a été conduit principalement au Saguenay–Lac-Saint-Jean, en fin d’après-midi et en soirée, mercredi. Toutefois, une partie de l’opération a également été réalisée dans la région métropolitaine de Montréal.

Les enquêteurs ont saisi d'importantes quantités de drogue et d’autres biens: 

  • Plus de huit kilogrammes de cocaïne; 
  • Plus de 7500 comprimés de méthamphétamine; 
  • Plus de 80 000$ en devises canadiennes; 
  • Près de 700 comprimés de médicament sous ordonnance; 
  • 11 véhicules;  
  • Plus d’une trentaine de cellulaires; 
  • Une arme à feu; 
  • Une presse hydraulique, des balances, des appareils pour sceller, une machine à compter l’argent.  

La SQ a œuvré en collaboration avec les services de police de Saguenay, Longueuil et Laval.

Selon le porte-parole de la SQ Hugues Beaulieu, cette action policière s’inscrit dans la «continuité» des efforts déployés depuis quelques années pour lutter contre le trafic de stupéfiants et le crime organisé dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

«C’est une perquisition en cours d’enquête, parce que les gens ont été remis en liberté. Le but, c’était d’accumuler de la preuve pour déposer un dossier très solide au Directeur des poursuites criminelles et pénales», a expliqué M. Beaulieu.

Il y a deux ans, une autre opération policière avait permis d’arrêter deux têtes dirigeantes des Hells Angels.