/entertainment/music
Navigation

Spectacle virtuel d'Éric Lapointe: un retour «indécent» et «irrespectueux»

Un proche de la victime d’Éric Lapointe choqué

FEQ Eric Lapointe
Photo d'archives Éric Lapointe lors de son dernier passage sur les plaines d’Abraham, en juillet 2019.

Coup d'oeil sur cet article

Si des personnalités comme Maripier Morin, Yann Perreau et Julien Lacroix ont décidé de faire une pause de leurs activités professionnelles cet été en raison d’allégations d’inconduites à leur endroit, pourquoi Éric Lapointe, qui est coupable de voies de fait sur une femme, poursuit-il ses activités, deux mois après son passage devant la justice ? C’est la question que se pose un proche de sa victime.  

Éric Lapointe a annoncé la semaine dernière sur sa page Facebook qu’il renouait avec sa tradition du temps des Fêtes. Malgré la pandémie, il donnera son spectacle de fin d’année le 27 décembre prochain, de façon virtuelle.  

L’annonce de son retour, qui survient un peu plus de deux mois après qu’il a plaidé coupable de voies de fait sur une femme, a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. Si les fans se sont réjouis, d’autres ont exprimé leur désaccord face à ce retour sous les projecteurs.  

« Je trouve ça totalement indécent, irrespectueux envers elle », a commenté un proche de sa victime, dont on doit taire le nom pour ne pas révéler l’identité de la victime, protégée par un interdit de publication. Ce proche fait un parallèle entre le retour de Lapointe et les personnalités dénoncées cet été qui, elles, ont choisi de se retirer de la vie publique. « Lui, ça fait deux mois. Mais il revient, il fait un spectacle, veut lancer un album l’année prochaine, et tout va bien. [...] Et lui, il ne s’est pas excusé. » 

Des impacts 

Le fait qu’Éric Lapointe soit une personnalité publique rend les choses encore plus difficiles pour la victime, soutient son proche, puisqu’elle sera exposée à celui-ci à travers les médias et les réseaux sociaux. 

« C’est très, très difficile pour elle. C’est enrageant, c’est frustrant, parce que nous, on sait ce qui s’est passé. » 

Quant à la victime, elle ne serait pas prête à reprendre une vie normale. Selon ce proche, elle aurait eu un diagnostic de choc post-traumatique sévère à la suite des événements. « Elle est dans l’incapacité de travailler, physiquement et psychologiquement. [...] Elle est médicamentée. » 

 Des centaines de billets auraient déjà été vendus pour ce spectacle, selon son gérant, Jean-Yves Blais, qui a répondu aux questions du Journal par courriel, lundi. 

« Éric a fait face à la justice et a plaidé coupable à une accusation de voies de fait simples. Je n’ai aucun autre commentaire à faire sur le sujet », a écrit M. Blais. 

Éric Lapointe a plaidé coupable le 7 octobre dernier à une accusation de voies de fait sur une femme. Il s’en est tiré avec une absolution conditionnelle et sans casier judiciaire.