/news/currentevents
Navigation

Une ancienne tutrice de Laval mandatée pour Saint-Jérôme

GEN - STÉPHANE MAHER MAIRE VERDICT
Photo Martin Alarie Stéphane Maher, maire de Saint-Jérôme, à sa sortie du palais de justice de la même ville après le verdict de culpabilité rendu lundi.

Coup d'oeil sur cet article

Une des anciennes responsables de la tutelle de la Ville de Laval a été mandatée pour analyser la situation des élus de Saint-Jérôme.

• À lire aussi: Soulagés qu’un observateur débarque à Saint-Jérôme

• À lire aussi: Le PQ demande sa destitution du maire

• À lire aussi: Des maires aimeraient que celui de Saint-Jérôme parte

Juge administrative à la Commission municipale du Québec (CMQ), Me Sylvie Piérard aura comme mandat d’y observer les agissements du conseil de ville et de ses membres puis d’en faire rapport à la ministre des Affaires municipales. 

Cette annonce découle de la condamnation du maire de l’endroit, Stéphane Maher, pour manœuvres électorales frauduleuses. Il a offert des emplois à deux conseillers municipaux qu’il venait d’exclure de sa formation afin de les inciter à ne pas se représenter aux élections de 2017. 

Ce jugement le rend inéligible à siéger à un poste d’élu pour les cinq prochaines années à moins qu’il ne conteste la décision.  

Grande expérience 

« C’est une grande pointure », affirme Danielle Pilette, experte en gestion municipale et professeure à l’Université du Québec à Montréal, au sujet de Me Piérard. 

Me Piérard était déléguée adjointe lors de la tutelle de Laval qui a suivi le régime de Gilles Vaillancourt en 2013. Plus récemment, elle a participé à l’enquête sur le fiasco de l’autoroute 13 lors de la tempête hivernale de mars 2017.  

« Le mandat d’observation est relativement nouveau à la CMQ. Elle devra regarder si la démocratie est mise en péril, analyser le comportement des élus envers les fonctionnaires et si la situation peut s’arranger », explique Mme Pilette. 

Me Piérard ne pourra pas intervenir dans la gestion de la Ville. Par contre, son rapport guidera la ministre Andrée Laforest si d’autres actions doivent être prises.