/sports/opinion/columnists
Navigation

Le grand ménage de l’Impact

SPO-Impact vs Toronto FC
Photo d'archives Ballou Tabla pourrait faire partie des jeunes joueurs être sacrifiés chez l’Impact.

Coup d'oeil sur cet article

Quelle situation bizarre pour le directeur sportif de l’Impact, Olivier Renard ! Avec au moins un autre match à jouer avant la fin de l’année, il doit procéder à des annonces à propos de son effectif. Qui reste, qui part ? 

Au final, on se demande quelle sorte d’équipe il sera en mesure d’envoyer sur le terrain en Ligue des champions dans deux semaines à Orlando.

Dans le contexte, Renard n’avait pas le choix : le règlement de la MLS avait fixé au 30 novembre la date butoir pour prendre ce genre de décision.

En ce sens, dans la liste communiquée vendredi dernier par le Bleu-blanc-noir, il n’y a pas beaucoup de surprises. Rod Fanni ne reviendra pas. À 39 ans, il ne lui reste plus beaucoup de soccer à offrir et il ne semble pas correspondre au virage jeunesse que le club veut prendre.

Jukka Raitala s’en va aussi. Le Finlandais s’est avéré au cours de son passage à Montréal un très bon joueur d’équipe, mais il n’aura jamais rien fait d’extraordinaire sur le terrain.

Ce serait un euphémisme de dire que l’Impact n’est pas une des équipes dominantes en MLS. En ce sens, il faut du changement pour la prochaine saison. 2021 s’est amorcé vendredi dernier.

Parmi les annonces faites par Renard, quelques-unes me surprennent. Je croyais que Orji Okwonkwo pourrait toujours être utile au XI montréalais. Même chose pour Shamit Shome, qui n’a pas eu beaucoup d’occasions de se faire valoir cette saison. Le milieu canadien est encore capable d’augmenter son niveau de jeu, ici ou ailleurs.

Départs à prévoir

Comme le budget salarial de l’équipe — et de toutes les autres de la MLS — n’augmentera pas, Renard devra tenter de monnayer, voire de se débarrasser de certains joueurs encore sous contrat. Les plus susceptibles d’entrer dans cette catégorie sont sans l’ombre d’un doute Maxi Urruti et Rudy Camacho, deux des joueurs les mieux payés du club qui n’ont pas toujours livré la marchandise.

À cette liste, j’ajouterais les noms de Ballou Tabla et d’Emanuel Maciel, qui sont encore jeunes pour attirer les convoitises et qui d’après moi pourraient être sacrifiés sans problème. Et celui de Bojan qui pourrait revenir, mais à un salaire inférieur à ce qu’il gagnait cette saison.

Chaque année, un directeur sportif doit prendre des décisions déchirantes. Bonne ou mauvaise saison, il doit s’assurer que l’équipe progresse et que la stratégie du club soit claire. Quelle sorte d’équipe Renard veut-il mettre sur le terrain l’an prochain pour la 10e saison de l’Impact en MLS ? On le saura assez tôt.

Virus et incertitudes

Malgré tout ce qu’on peut penser, il est difficile de vraiment prédire de quoi 2021 sera fait. En MLS comme dans la société civile, il est bien embêtant de prévoir et d’échafauder des plans pour le futur immédiat.

Puisque le budget n’augmentera pas et que la marge de manœuvre sera plombée par certains salaires qui augmenteront, Renard devra plus que jamais être stratégique dans sa planification et son recrutement. 

En compagnie de Thierry Henry, le directeur sportif de l’Impact est-il en mesure de convaincre les joueurs qu’il a ciblés, ses premiers choix, de venir renforcer l’effectif et d’embrasser le projet du Bleu-blanc-noir ? Malgré la pandémie et malgré la saison difficile, sont-ils capables de vendre l’équipe à des joueurs de talent ?

Parce que malgré le ménage qui a été effectué vendredi, l’alignement de l’Impact est encore disparate, il tire un peu dans tous les sens. Quelle est la ligne directrice pour l’an prochain et pour les années à venir ? La réponse à cette question sera assurément le meilleur « argument de vente » que puissent produire Renard et ses acolytes.