/sports/hockey/canadiens
Navigation

LNH: une division canadienne «extrêmement compétitive», selon Claude Julien

L'entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien
Photo d'archives, AFP L'entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien

Coup d'oeil sur cet article

Même si certaines rivalités lui manqueraient au sud de la frontière, l’éventualité d’une division toute canadienne en vue de la prochaine saison dans la Ligue nationale de hockey plaît à l’entraîneur-chef du Canadien de Montréal, Claude Julien. 

• À lire aussi: Début de saison dans la LNH: la COVID-19 au cœur du problème

«D’abord, je ne vais pas mentir, ça va me manquer de jouer des matchs aux États-Unis. Il y a de belles rivalités là-bas aussi», a lancé Julien, plus tôt cette semaine, en entrevue avec la baladodiffusion @TheRink.

«On perd quelque chose, mais en même temps, étant Canadien et ayant grandi au Canada, ce serait excitant [une division canadienne]. Ce serait différent, c’est du court terme, et ça pourrait être la seule année où ça se produit.»

Avec la fermeture de la frontière canado-américaine, les chances que se concrétise le projet de réunir les équipes par zone géographique semblent de plus en plus grandes.

Ainsi, le Canadien se retrouverait dans la même division que les Flames de Calgary, les Oilers d’Edmonton, les Sénateurs d’Ottawa, les Maple Leafs de Toronto, les Canucks de Vancouver et les Jets de Winnipeg.

«Ce que j’observe surtout présentement en tant qu’entraîneur, c’est à quel point ce sera compétitif. La plupart de ces équipes [...] sont très compétitives et sont des équipes de séries éliminatoires, a poursuivi Julien.

«Si ça se concrétise, il y aura de très belles batailles. C’est là qu’on se dit qu’on est mieux d’être prêts pour cette courte saison, car ce sera extrêmement compétitif.»

Du côté des États-Unis, les 24 équipes seraient également regroupées par région.

Bettman est convaincu

Le commissaire Gary Bettman a encore une fois livré des arguments en faveur de la formation de nouvelles divisions en vue de la prochaine saison, mercredi dernier. Car même si les équipes peuvent franchir la frontière, la quarantaine obligatoire rendrait les choses pratiquement impossibles.

«Avec un calendrier régulier, tu ne peux pas mettre les joueurs en quarantaine pendant 14 jours en rentrant et sortant du pays, a déclaré Bettman, dont les propos ont été repris par LNH.com. C’est pourquoi, parmi les enjeux de la prochaine saison, nous devons créer une situation où les équipes canadiennes ne joueront qu’entre elles, et réaligner toutes les autres équipes.»