/misc
Navigation

Noël écarté, place au sport!

Quebec
Photo Stevens LeBlanc François Legault aimerait bien pouvoir permettre aux jeunes de recommencer à pratiquer leur sport.

Coup d'oeil sur cet article

À quelque chose malheur est bon. Le gouvernement Legault a fait bien des déçus en interdisant finalement les rassemblements de Noël, mais il a relancé les discussions avec la santé publique en vue de permettre la reprise d’activités sportives pour les jeunes.

• À lire aussi: Les bulletins de la semaine à l'Assemblée nationale

Ce n’est pas de gaieté de cœur que François Legault a choisi de revêtir des habits de grincheux de Noël, jeudi, et d’annuler les jours de festivités dont rêvaient les Québécois depuis l’annonce de son «contrat moral».

En caucus mardi soir, François Legault a prévenu ses députés que les espoirs pour les deux rassemblements permis devenaient minces.

Selon nos informations, ça n’a pas passé comme une lettre à la poste. 

«Il y en a qui auraient voulu un nouveau compromis, pour qu’on permette par exemple un souper», signale un élu. D’autres ont fait part d’informations troublantes provenant de leur circonscription, qui laissaient croire au respect aléatoire des consignes. Par exemple, des traiteurs qui recevaient des commandes pour 20 personnes. À l’inverse, des gens annulaient eux-mêmes des soupers en raison des restrictions et de l’isolement préventif qu’ils ne pouvaient s’imposer. «Ça fait mal un peu, on a l’air un peu méchants aujourd’hui mais on s’en félicitera en février», m’a confié un autre député.

Le bilan désastreux de mercredi, faisant état d’une hausse record quotidienne de plus de 1500 cas, a été le dernier clou dans le cercueil du plan Noël.

Le premier ministre a pris lui-même la décision en après-midi et l’a communiquée quelques heures plus tard au Dr Horacio Arruda.

Bien sûr, M. Legault perd la face. Mais, maintenant que ce rêve de Noël est parti en fumée, une source gouvernementale reconnaît qu’il s’est dégagé «une fenêtre d’opportunité».

Dans les dernières semaines, les espoirs de François Legault de permettre une certaine reprise de la pratique de sports chez les jeunes avaient été mis sur pause, tous les œufs étant placés dans le même panier afin d’assurer des conditions gagnantes pour Noël.

Plan sport

Même s’il n’a pas ouvert son jeu publiquement jeudi, la demande a été formulée à la santé publique pour revenir à un plan sport!

«Il pourrait y avoir un relâchement lié à des activités physiques, des activités extérieures», dit-on.

On souhaiterait pouvoir donner le feu vert aux équipes sportives de jeunes pour la tenue d’entraînements, par exemple.

D’ailleurs, des parents se demandent pourquoi ils peuvent emmener leurs jeunes patiner à l’aréna avec une vingtaine d’inconnus, alors qu’on interdit aux membres d’une équipe de pratiquer entre eux sur la même glace!

La pratique du hockey à l’extérieur fait aussi l’objet de discussions. 

Les fédérations sportives sont prêtes à bien des aménagements pour reprendre au moins des pratiques. Elles pourraient augmenter les ratios d’entraîneurs/accompagnateurs et éliminer les possibilités de rassemblement avant et après l’activité sportive.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

ADN de la CAQ

Bien que la pression pour la réouverture des restaurants soit assez forte aussi, les élus caquistes souhaitent avant tout faire bouger la jeunesse, pour des raisons de santé physique et mentale, puis pour maintenir leur motivation à l’école. «On est des fans du sport et du parascolaire à la CAQ, ça nous touche dans ce qu’on est», me disait en début de semaine un ministre inquiet.

Les jeunes sont durement touchés et leur vie en temps de pandémie est presque devenue entièrement virtuelle pour certains.

Ça ne peut pas durer jusqu’au vaccin. Il n’y aura pas de rassemblements à l’intérieur, à Noël, qui auraient été risqués? D’accord. Mais permettons un minimum d’activités aux jeunes, svp.