/news/education
Navigation

Un élève de 10 ans de Québec crée 5 jeux de société entièrement en classe

Coup d'oeil sur cet article

Ce n'est pas toujours facile pour les premiers de classe de rester motivés à l'école et une enseignante de Québec a choisi une méthode ludique pour occuper un de ses élèves.

Philippe Laprise, un élève de 10 ans à l’école Les Prés-Verts, a conçu son plus récent jeu de société en moins d'un mois, entièrement durant les heures de classe. Il a déjà créé pas moins de cinq jeux de société, dont Les légendes du Michigan tomes 1 et 2.

«Je pense à une plaque du jeu et comment les personnages vont avancer pour s'attaquer, a dit le jeune créateur à TVA Nouvelles. Après, je crée mes cartes, puis je commence à tout perfectionner, plastifier et tout. Je rajoute tout le petit matériel, les pions, et je crée les personnages. Je rajoute les petits bonis et tout ça, et après, ça devient super facile à faire.»

Pour lui donner les outils, l’enseignante s’est tournée vers l'organisme Réno-Jouets, spécialisé dans la récupération de jouets usagés. Celui-ci a fourni une boîte de matériel qui a été d’une grande utilité à Philippe dans ses passions et ses projets.

«Je me suis dit "peut-être que si je leur demandais des pièces qu'ils ne peuvent pas utiliser dans d'autres jeux, on pourrait s'en servir comme base pour la fabrication d'un jeu par Philippe", a raconté Sylvie Fortin. Ç’a enflammé son imagination!»

Effet boule de neige     

En échange de ce petit coffre aux trésors, le jeune adepte de bricolage et de jeux vidéo devait rendre service à Réno-Jouets en fabricant des étiquettes qui seraient utilisées au magasin.

La demande de boîtes de matériel a poussé Réno-Jouets à réfléchir plus sérieusement à une idée pour soutenir les professionnels en éducation.

«On voudrait développer un coffret qui puisse être fabriqué par nous, avec nos pièces et ils pourraient partir avec ça, explique la fondatrice, Anne-Sophie Gingras. 

«Quand ils arrivent dans une maison et que l'enfant n’a pas nécessairement les moyens, on pourrait lui donner.»

D'après le reportage de Taina Lavoie, TVA Québec.