/news/society
Navigation

Une rare «étoile de Noël» pour le solstice d’hiver

Coup d'oeil sur cet article

La nuit du solstice d’hiver sera marquée, cette année, par la présence de l’«étoile de Noël», un phénomène céleste qui n’a pas été observé depuis 1226.

L’événement plutôt rarissime se produit lorsque les planètes Jupiter et Saturne se croisent à une distance assez proche, laissant croire qu’elles entreront en collision. Ce faisant, ceci donne l’impression de pouvoir voir une double planète à partir de la Terre.

Nombreux sont les astronomes qui croient que l’«Étoile de Bethléem», dans l’histoire de la Nativité, est une conjonction entre Jupiter, Saturne et Mars.

«L’alignement des deux planètes est plutôt rare, se produisant environ tous les 20 ans. Mais cette conjonction est particulièrement rare à cause de la distance à laquelle les planètes s’approcheront l’une de l’autre», explique Patrick Hartigan, un astronome de l’Université Rice, au Texas, au New York Post.

Selon M. Hartigan, il faut remonter au 4 mars 1226 pour voir une aussi courte distance entre Jupiter et Saturne.

Les adeptes d’astronomie pourront observer le phénomène après le coucher du soleil le 21 décembre, jour du solstice d’hiver, à l’aide d’un télescope ou de jumelles, avance la NASA.

Selon l’Agence spatiale américaine, les planètes n'apparaîtront qu'à un dixième de degré l'une de l'autre, ce qui équivaut à l'épaisseur d'une pièce de monnaie tenue à bout de bras.

Le phénomène ne se reproduira pas avant l’année 2080, croit la NASA.