/sports/golf
Navigation

Invitation à jouer de Koepka

Invitation à jouer de Koepka
Photo courtoisie, Mackenzie tour

Coup d'oeil sur cet article

La scène se déroule dans le champ d’exercice du très réputé club The Floridian, à Palm City, en pleine pandémie en mai. Hugo Bernard s’entraîne aux côtés de quelques professionnels, dont son modèle Brooks Koepka. Après un moment, le pro aux quatre titres majeurs en poche envoie une invitation qui résonne encore dans la tête du Québécois : « Boys, let’s go play ! »

• À lire aussi: 2020, une saison d’adaptation et de résilience

Bernard saisit son sac et suit la parade vers le tertre. Il est accompagné de quelques grosses pointures. 

« Nous étions sept. J’affirme avec honnêteté que je n’ai pas posé de question et pas vraiment parlé de golf, raconte Bernard à propos de ce fait saillant de 2020, encore subjugué de cette scène six mois plus tard. 

« Si j’avais embêté Brooks avec mes questions, je peux certifier que je n’aurais pas joué avec lui le lendemain comme j’ai pu le faire », a-t-il ajouté en plaisantant. 

Cette scène s’est déroulée dès sa première semaine à fréquenter le club situé sur la Treasure Coast. 

Proprio connu

Son baptême du feu, il l’a vécu avec nul autre que le propriétaire du Floridian. Dès sa première journée, Bernard a pris le départ en matinée avec un certain Jim Crane, proprio et président des Astros de Houston, dans les Ligues majeures de baseball. 

« Quand j’ai su qu’on m’avait planifié un départ à 9 h, j’ai envoyé des textos à tout le monde tellement j’étais énervé, a relaté celui qui croyait alors jouer avec une vedette professionnelle. Je n’ai pas dormi de la nuit. Je suis arrivé dans le champ de pratique à 7 h, nerveux comme je ne l’avais jamais été. 

« Mais il n’y avait pas un maudit chat, enchaîne-t-il en riant. J’ai regardé chaque voiture entrer sur la propriété en croyant que j’apercevrais Dustin Johnson ou Koepka. J’ai su un peu plus tard que c’est le proprio qui m’attendait. Ce qui est aussi une bonne façon de briser la glace. »

The Floridian est un club ultra privé de la trempe du Medalist, près de Jupiter, aussi fréquenté par les Tiger Woods et cie. Durant son séjour, Bernard s’est élancé aux côtés des Koepka, Johnson, Rickie Fowler, Shane Lowry et autres grosses vedettes.

Cette expérience s’est révélée formatrice pour le Québécois. Elle lui a aussi insufflé l’énergie nécessaire pour affronter un été pas comme les autres. Dès la mi-décembre, il sera de retour en action dans le circuit d’Amérique latine du PGA Tour.