/sports/golf
Navigation

Une série et une victoire sauvent 2020

Laurent Desmarchais a prouvé qu’il appartient à la crème

SPO-GOLF-LAURENT-DESMARCHAIS
Photo courtoisie Laurent Desmarchais pourra évoquer 2020 avec un sourire, alors qu’il a remporté en septembre son premier tournoi professionnel.

Coup d'oeil sur cet article

Une participation à la série professionnelle Canada Life et une importante victoire à l’étape finale ont sauvé la saison 2020 de l’étoile montante du golf québécois Laurent Desmarchais. 

• À lire aussi: Le golf en temps de pandémie: retard modéré

• À lire aussi: Le golf en temps de pandémie: une chirurgie dans le mille

• À lire aussi: Le golf en temps de pandémie: «un été de bouette»

Sans cela, le jeune et talentueux amateur a eu bien peu à se mettre sous la dent durant l’été. L’improvisation du circuit professionnel canadien (Mackenzie Tour), qui a mis sur pied une série de quatre tournois à la fin de l’été, lui a permis de rayonner de tous ses feux. 

Le 11 septembre, l’athlète de 19 ans est entré dans l’histoire en remportant avec panache son premier tournoi professionnel, qu’il avait amorcé avec un retentissant 62 (-9). Qui plus est, il a callé un roulé final de 10 pieds pour la victoire sous les yeux de deux autres jeunes pros prometteurs du Québec, Hugo Bernard et Joey Savoie. Ils l’accompagnaient dans le dernier trio lors de cette journée mémorable. 

« Sans cette série de quatre tournois au Canada, ma saison aurait été vraiment différente. Je suis tellement fier de cette victoire au TPC Toronto à Osprey Valley. Avec le recul, je vois ce que j’ai réussi à accomplir. Je me rends compte que cette victoire est énorme pour ma confiance, pour mon jeu et pour le golf au Québec, a témoigné l’athlète deux mois après cet instant décisif de septembre.  

« Un amateur qui réussit à gagner parmi les pros, c’est unique, a ajouté celui qui croit maintenant avoir capté l’intérêt des amoureux de la petite balle blanche. Je voulais jouer contre les meilleurs golfeurs cet été. Cette série m’a beaucoup aidé.»

Cadence élevée

L’ayant vu progresser à un impressionnant rythme malgré la pause pandémique durant l’été, son entraîneur Daniel Langevin n’était aucunement
surpris de le voir quitter la grande région de Toronto avec un trophée dans ses bagages. 

« Il avait démontré des pointes très élevées de performance à l’entraînement à partir de juillet, s’est-il remémoré. Ce qu’il a réussi est assez exceptionnel. Quand Laurent s’inscrit dans un tournoi, il ne joue pas pour terminer dans le top 10, il joue pour gagner. C’est un gars d’objectifs et de défis. Quand on ajoute l’éthique de travail irréprochable, c’est le résultat. »

« Je vois que mes efforts ont payé. Je suis dans la bonne direction, a renchéri le golfeur de Longueuil. Je progresse et je suis capable de m’approcher des meilleurs. »

En effet, Desmarchais a pris le quatrième échelon du classement général des quatre épreuves de la série Canada Life. Une performance qui lui a valu un statut conditionnel dans le circuit canadien Mackenzie en 2021 et qui l’assure, du même coup, de deux départs au calendrier. 

Selon Lanvegin, cette victoire a prouvé la dominance de Desmarchais, alors qu’il n’a participé qu’à très peu de compétitions. D’ordinaire, il s’élance dans plus de 20 tournois par année. En 2020, il en a compté à peine cinq en se limitant aux épreuves régionales. 

Planification hivernale

Le membre de la formation nationale prévoit retourner au centre d’entraînement de Bear Moutain, à Victoria, en mars. Un an après l’avoir quitté en catastrophe pour retourner en confinement à la maison.

Entre-temps, il participera à un camp d’entraînement avec Golf Canada en janvier. En plein cœur de l’hiver, il espère aussi mettre le cap vers la Caroline du Sud afin de participer à un grand tournoi amateur. 

Et, plus que tout, il souhaite que la pandémie soit maîtrisée afin de ne pas revivre un été 2021 semblable à celui de 2020.

En août prochain, il rejoindra les Volunteers de l’Université du Tennessee.