/investigations
Navigation

Québec a dans sa mire le Collège CDI

Le ministère a transféré son rapport sur la gestion financière de l’école à l’Unité permanente anticorruption

façade du campus CDI
Photo Ben Pelosse Le Collège CDI, un établissement privé, est bien implanté au Québec, où il a cinq campus, dont celui de Laval que l’on voit sur la photo.

Coup d'oeil sur cet article

Québec veut mettre au pas l’un des plus importants collèges privés de la province. La gestion financière du Collège CDI soulève tellement d’inquiétudes que le dossier a été transféré à l’Unité permanente anticorruption (UPAC), a appris notre Bureau d’enquête.

Selon nos sources, le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur a communiqué à plusieurs reprises avec l’administration du Collège CDI au cours des derniers mois.

Cette institution d’enseignement, qui compte cinq établissements dans la région de Montréal, accueille beaucoup d’étudiants étrangers. Elle offre des cours en français et en anglais, notamment en informatique, en administration et dans le domaine de la santé.

Plusieurs manquements administratifs et éducatifs seraient reprochés à CDI par Québec, notamment: 

  • Des irrégularités auraient été décelées dans la gestion des frais de scolarité des étudiants;  
  • Malgré des demandes répétées, le collège tarderait à transmettre ses états financiers au ministère; 
  • Certains des étudiants de CDI ne seraient pas déclarés au ministère. Certains provenant de l’étranger n’auraient carrément pas signé de contrat de services éducatifs;  
  • Des enseignants n’auraient pas de permis valide pour exercer leur métier.  

Permis menacé

La situation est à ce point sérieuse que Québec songerait à révoquer le permis du Collège CDI, si un virage majeur n’est pas pris rapidement par l’organisation, selon des sources bien au fait du dossier.

L’enquête gouvernementale sur cet établissement a débuté en 2018, a-t-on pu apprendre, à la suite de nombreuses plaintes d’étudiants étrangers.

Les inspecteurs du ministère de l’Éducation ont découvert assez d’éléments troublants sur la gestion financière du collège pour que leur rapport final soit transféré à l’UPAC au cours des dernières semaines. 

Des réponses demandées

Le ministère de l’Éducation aurait donné jusqu’à la mi-décembre au Collège CDI pour se conformer aux exigences ministérielles, d’après nos sources. 

L’établissement n’a pas voulu répondre à nos questions et nous a fait parvenir la déclaration suivante: 

«Depuis des décennies, le Collège CDI offre des programmes d’enseignement au Québec. Par ailleurs, il cherche toujours à les parfaire afin de répondre aux attentes du marché de l’emploi, et ce, dans le respect des règles ministérielles [...]. Le Collège CDI accorde une importance toute particulière au respect des exigences ministérielles, tout en ayant à cœur la réussite de ses étudiants pour mener des carrières fructueuses.»

D’autres institutions scrutées

Une dizaine d’autres collèges privés font présentement l’objet d’une enquête du ministère de l’Éducation. 

À la suite d’un reportage de Radio-Canada sur le recrutement intensif d’étudiants indiens par plusieurs écoles, en novembre, le gouvernement Legault avait promis de procéder à des vérifications en profondeur.

D’ailleurs, selon cinq anciens employés du Collège CDI à qui nous avons parlé et qui ont requis l’anonymat par crainte de représailles, l’établissement recruterait massivement des étudiants indiens.

Ces derniers se feraient offrir des formations plus longues que les sessions régulières, ce qui leur permettrait de décrocher un permis de travail plus long par la suite. 

Leurs cours auraient lieu la fin de semaine et plusieurs résideraient en Ontario, d’après ces ex-employés. 

Le Collège CDI n’a pas voulu répondre à nos questions à ce sujet. Le ministère de l’Éducation a indiqué ne pas vouloir commenter les enquêtes en cours et les cas particuliers des écoles.  

L’Établissement en bref   

  • Fondé en 1969, le Collège CDI comporte une vingtaine de campus à travers le Canada, dont cinq au Québec, tous situés dans la région métropolitaine.  
  • Il offre des programmes de formation professionnelle et technique.  
  • Le campus de la ville de Québec a été fermé en 2017 en raison du «déclin» de sa population étudiante.  
  • Le Journal de Québec avait toutefois rapporté que le collège avait aussi fait l’objet de plaintes liées aux normes du travail et au ministère de l’Éducation.   

Vous avez de l’information à ce sujet? Contactez notre journaliste en toute confidentialité: sarah-maude.lefebvre@quebecormedia.com