/sports/hockey
Navigation

Première étape franchie pour Levi

Le gardien montréalais a percé l’alignement d’Équipe Canada junior

Devon Levi s’est taillé une place avec Équipe Canada junior.
Photo courtoisie, Rob Wallator, Hockey Canada Devon Levi s’est taillé une place avec Équipe Canada junior.

Coup d'oeil sur cet article

Au travers de la déception de sept joueurs, dont le Québécois Hendrix Lapierre, qui ont fait partie de la première vague de retranchements d’Équipe Canada junior hier, il y avait des sourires, dont celui du gardien montréalais Devon Levi qui a reçu la confirmation qu’il avait sa place avec la sélection nationale.

• À lire aussi: Hendrix Lapierre retranché d'Équipe Canada junior

En plus de Lapierre, les attaquants Adam Beckman, Tyson Foerster, Cole Schwindt et Shane Wright, ainsi que les gardiens Brett Brochu et Tristan Lennox ont été les sept joueurs retranchés jeudi matin. 

Une autre vague, possiblement la dernière avant la confirmation des 25 joueurs qui prendront part au tournoi, aura lieu vendredi, au lendemain du deuxième match intra-équipe en deux soirs, disputé jeudi.

Avec ses parents

En retournant Brochu et Lennox à la maison, ÉCJ a confirmé le trio de gardiens de but avec lequel il ira à la guerre dans la bulle d’Edmonton.

D’ailleurs, le personnel de l’équipe canadienne a procédé de belle façon pour annoncer aux trois hommes masqués qu’ils avaient été sélectionnés.

Le premier masque de gardien de but de Devon Levi lorsqu'il était atome était aux couleurs d'Équipe Canada. Jeudi, on lui a confirmé qu'il aura à nouveau l'occasion d'en porter un mais, cette fois, en tant que membre officiel d'Équipe Canada junior.
Photo courtoisie, Laurent Levi
Le premier masque de gardien de but de Devon Levi lorsqu'il était atome était aux couleurs d'Équipe Canada. Jeudi, on lui a confirmé qu'il aura à nouveau l'occasion d'en porter un mais, cette fois, en tant que membre officiel d'Équipe Canada junior.

« Ils m’ont réveillé ce matin et m’ont demandé de me rendre au lobby, a raconté Levi. Je savais qu’il y avait des coupes prévues donc j’étais très nerveux. Quand je suis arrivé, les entraîneurs m’attendaient et mes parents étaient en Zoom sur l’ordinateur. Ce sont eux qui m’ont annoncé la nouvelle. Ce fut vraiment un énorme soulagement et un rêve qui est devenu réalité. »

Un rêve pour lui, certes, mais aussi pour toute sa famille, ajoute-t-il.

« Nous rêvons depuis que j’ai quatre ans que je joue pour Équipe Canada. Plus jeune, mes parents m’avaient fait faire un masque sur mesure avec un logo du Canada dessus. C’était spécial de partager ce moment avec eux », a-t-il raconté, assurant avoir toujours ce masque à la maison familiale. 

Famille comblée

Joint en soirée à la résidence familiale, le père de Devon, Laurent, était toujours sur un nuage.

« On est très excité. On a plusieurs photos de lui quand il était petit avec un chandail d’Équipe Canada. Par contre, on n’a jamais cru à ce moment qu’un jour il y serait pour vrai. C’est un jeune très déterminé et qui travaille fort. Il n’est pas passé par le même chemin que les autres à cause de la quarantaine, mais il l’a fait et on est très fiers de lui. »

Le masque dont Devon parlait, d’ailleurs, a été son tout premier en tant que gardien de but. 

« Devon était joueur au niveau novice et vers la fin de la saison, il avait fait le changement vers la position de gardien de but. J’avais donc créé un concept de masque avec le logo du Canada. Il commençait à regarder le hockey junior et on voulait le motiver », raconte-t-il.

Mission accomplie, avouons-le, puisque leur fils fait maintenant partie des trois meilleurs gardiens juniors au pays.

Poste en jeu

Maintenant qu’il a sa place confirmée avec ÉCJ, le travail n’est pas terminé pour le choix de 7e tour des Panthers de la Floride puisque le poste de gardien partant est toujours en jeu. 

« Le travail ne fait que commencer. C’était bien de voir ma place être confirmée, mais c’est là que ça commence. Personnellement, je ne pense pas à gagner le poste de partant, mais plutôt de contribuer du mieux que je peux pour aider l’équipe à remporter l’or. »

Levi n’avait pourtant pas eu la chance de se faire valoir autant que les autres gardiens, puisqu’il a dû s’isoler du reste du groupe et s’entraîner avec les deux autres joueurs de la NCAA, Alex Newhook et Dylan Holloway, pendant 14 jours avant de rejoindre le groupe principal, mais, à son retour, il a de nouveau dû se placer en quarantaine comme le reste de l’équipe. Malgré tout, l’entraîneur-chef André Tourigny et son équipe en avaient assez vu pour lui faire une place.

« Il y a les matchs et idéalement, on aimerait pouvoir évaluer pendant 30 matchs. Par contre, ce n’était pas la réalité de cette année. Il fallait se fier aux entraînements. Devon, même s’il était dans un petit groupe, on voyait la vitesse avec laquelle il se déplace et sa façon de suivre la rondelle. 

« Tout ça nous portait à croire et aimer son potentiel. Hier, il a bien fait dans le match et on a vu sa vitesse à quelques occasions et ça nous a mis en confiance. Le choix des gardiens était unanime dans notre groupe. » 

JOUEUR DU MATCH 

Levi en a remis jeudi soir, dans le deuxième match intra-équipe. Invité à disputer le match au complet avec les Rouges pendant que Dylan Garand et Taylor Gauthier se partageaient la tâche chez les Blancs, le gardien de 18 ans a été étincelant, réalisant 36 arrêts dans une victoire de 4-0. 

Après le match, Tourigny a mentionné qu’il avait été pour lui le joueur du match. Il est toutefois trop tôt pour savoir qui occupera quel rôle dans la hiérarchie. 

« C’est trop tôt encore. On est très content de Devon mais les autres gardiens ont bien fait aussi ce soir. La façon dont les matchs s’est déroulé, les Rouges ont commencé très fort et Garand nous a gardé dans le match. Chaque équipe a eu des moments et les gardiens se sont illustrés. Devon a été excellent. On se sent très bien avec nos gardiens en ce moment, ce qui est intéressant et important. » 

Hendrix Lapierre victime de la profondeur en attaque

Mercredi, Hendrix Lapierre reconnaissait ne pas avoir été à son mieux au début du camp de sélection. Au final, il aura manqué de temps pour renverser la vapeur. La bonne nouvelle dans son cas, c’est qu’il aura une chance de se reprendre l’an prochain.

« C’est une année où, spécialement en attaque, il y a beaucoup de compétition, a expliqué l’entraîneur-chef D’ÉCJ André Tourigny. Si on regarde la composition de l’alignement et les joueurs qu’il reste, il n’a aucune honte à avoir. D’avoir été invité au camp, c’est quelque chose qu’il peut être fier, mais cette année on compte sur beaucoup de profondeur et de talent. Hendrix a amené beaucoup d’énergie et de belles choses. Ça n’a pas été une décision facile. » Il reste maintenant sept joueurs de la LHJMQ au camp, dont trois Québécois : les attaquants Jakob Pelletier, Samuel Poulin et Mavrik Bourque. Dans le cas de Pelletier, il a de nouveau été encensé par Tourigny mercredi au terme du match intraéquipe que son équipe, les Rouges, ont perdu 6-4. L’entraîneur a toutefois noté que le trio qu’il a complété avec Alex Newhook et Dylan Holloway avait été le meilleur de leur équipe. Malgré tout, l’attaquant de 19 ans ne tient rien pour acquis.

« Est-ce que j’en ai fait assez ? Je ne sais pas. Est-ce que j’aurais pu en faire plus ? Oui. Il reste un match ce soir pour prouver que je peux en faire plus et prouver ce que je peux amener au club », disait-il en matinée. D’ailleurs, les Rouges ont remporté le match d’hier au compte de 4-0. Le défenseur des Mooseheads d’halifax Justin Barron a continué à bien paraître offensivement en inscrivant un but et une passe. Le gardien des Rouges Devon Levi a été étincelant avec 36 arrêts.

PAS D’INQUIÉTUDE POUR DACH

Le retour possible de la LNH à la mi-janvier ne devrait pas nuire aux chances de Kirby Dach de participer au Championnat mondial de hockey junior, selon André Tourigny. Rappelons que les Blackhawks avaient prêté le joueur de centre sous la condition que si la LNH reprenait, il devait se rapporter au camp de l’équipe.

« Les dernières nouvelles que j’ai eues là-dessus c’est que si Kirby ne manquait pas de matchs de saison régulière avec les Blackhawks, qu’il serait avec nous. Je n’ai pas eu d’autres nouvelles ni de confirmation et je ne leur ai pas demandé non plus. Par contre, si je sais compter, le tournoi finit le 5 janvier et leur saison devrait commencer autour du 15. Je suis donc pas mal confiant, je pense qu’on est du bon bord », a-t-il expliqué.