/finance/business
Navigation

Achat de Transat: Air Canada aura presque 60% des sièges entre Montréal, Paris et Londres

Coup d'oeil sur cet article

Air Canada pourrait obtenir près de 60% des sièges entre Montréal, Paris et Londres si l’achat d’Air Transat se concrétise, un monopole qui pourrait porter préjudice au secteur aéronautique du pays, a estimé samedi l’analyste financier Michel Nadeau.

• À lire aussi: Des pertes de 496,5M$ pour Transat

• À lire aussi: Une belle page de l’histoire aéronautique québécoise se tourne

«Là, on donne à Air Canada l’avenir du transport aéronautique au Canada», a notamment affirmé M. Nadeau, en entrevue à l’émission Mêlez-vous de vos affaires sur QUB radio.

La fusion des deux transporteurs aériens pourrait ainsi mener à une concentration des vols dans le pays, mais cela pourrait surtout aider Air Canada à faire face à la reprise, alors que la compagnie perdrait de l’argent dans ses vols nationaux, a soutenu l’analyste.

«La beauté de Transat, c’est que c’est une compagnie qui va bien aller après la pandémie parce que les vols vers le Sud et l’Europe, c’est quelque chose qui ne souffrira pas», a-t-il expliqué.

M. Nadeau a ainsi invité à la prudence en ce qui a trait à cette transaction, particulièrement de la part de la province.

«Le gouvernement québécois devrait se demander ce qu’il pourrait faire avec le secteur du transport aérien pour qu’il desserve bien le Québec», a-t-il continué.

Même si Air Canada voulait solidifier sa plaque tournante à Toronto, l’avenir de l’entreprise à Montréal ne serait pas pour autant compromis.

«Il va y avoir des pertes d’emploi, mais le siège social d’Air Canada reste à Montréal», a assuré l’analyste.

Plusieurs acteurs doivent également encore faire entendre leur voix sur ce dossier.

«Il faut se rappeler que la Commission européenne et le Bureau de la concurrence n’ont pas encore donné leur bénédiction, et ça pourrait bloquer», a précisé Michel Nadeau.

Les actionnaires de Transat devront se prononcer sur cette offre de rachat le 15 décembre prochain.

L’entente intervenue avant la pandémie a été revue à la baisse en octobre dernier, alors qu’Air Canada n’offre plus que 190 millions $ sur les 720 millions $ prévus initialement.