/opinion/blogs/mechantsraisins
Navigation

Nos auteurs

Pur délice de Bandol

Le mourvèdre (ou monastrell) s’exprime de multiple façons à travers le monde, mais c’est à Bandol qu’il donne le meilleur de lui-même.

Pur délice de Bandol

Coup d'oeil sur cet article

Château Vannières, Bandol 2014
43,50 $ - Code SAQ : 13637254 – 14 % - <2 g/l  

Le mourvèdre (ou monastrell) s’exprime de multiple façons à travers le monde, mais c’est à Bandol, sous le chaud soleil provençal et au milieu de collines balayées par le Mistral, qu’il est à son meilleur. Les rouges de cette appellation voisine de Marseille sont d’ailleurs parmi les plus singuliers de France. 

Le bandol est corsé et tannique, parfois un peu ingrat et rustre en jeunesse, mais quiconque a la chance d’en avoir quelques vieux millésimes en cave sait que sa patience sera (presque) toujours récompensée. Car le vin s'assagit avec l'âge et se déploie alors une profondeur unique. 

En 2014, a connu un été frais et sec et engendré des vins concentrés, mais assez équilibrés et harmonieux pour être accessible en jeunesse. Celui de Vannières, maintenant âgé de 6 ans, est ouvert et prêt à boire, mais il a encore de la matière en réserve. Un superbe exemple de mourvèdre magnifié par le temps, dont le nez embaume le cuir. Il y a même un peu de la texture de ce dernier dans l’enveloppe tannique du vin, dense et pourtant souple. 

La bouche oscille entre le sous bois, les porcini, la prune et les herbes séchées. Un excellent bandol à point, mais encore assez solide et enrobé pour tenir la route jusqu’en 2025. Servez-le avec un pavé de cerf ou des raviolis aux champignons sauvages et aux herbes, vous vous régalerez. 

Santé !