/sports/hockey/canadiens
Navigation

Équipe Canada Junior: un camp «hors pair» pour Kaiden Guhle

L’espoir du Canadien a impressionné la direction

Journaliste
Photo courtoisie, Hockey Canada Image Le défenseur Kaiden Guhle sera utilisé à toutes les sauces au sein d’Équipe Canada junior.

Coup d'oeil sur cet article

L’espoir du Canadien Kaiden Guhle a connu un camp sans failles, si l’on se fie aux propos de l’entraîneur-chef d’Équipe Canada junior, André Tourigny.

Ce dernier n’a eu que de bons mots pour le gros défenseur de 18 ans, tout comme le responsable du programme des moins de 20 ans chez Hockey Canada, Alan Miller, qui a nommé Guhle parmi les joueurs desquels il avait le plus apprécié le travail durant le camp de sélection.

D’ailleurs, à la lumière des propos de l’entraîneur, le plan actuel d’ÉCJ est d’utiliser l’arrière des Raiders de Prince Albert parmi les six premiers défenseurs de l’équipe, qui en compte huit.

«Guhle, c’est un gars qui va jouer sur le désavantage numérique, qui est capable de jouer contre les meilleurs trios adverses. Dans quel ordre on va l’utiliser, est-ce que ce sera sur la deuxième ou la troisième paire? Ça va dépendre de sa performance et de celle des autres. Il a eu un camp hors pair, il a été vraiment, vraiment bon. Il était prêt et très déterminé, il était concentré, a bien patiné et a frappé. Il a été très, très, très solide durant le camp», a mentionné l’entraîneur québécois.

Chimie instantanée

Tout au long du processus d’évaluation, le grand gaucher de 6 pi 3 po et 209 lb a été jumelé au défenseur des Mooseheads d’Halifax Justin Barron, et les deux ont développé une chimie intéressante.

«En ce moment, ce serait difficile de les séparer. Pourquoi réparer quelque chose qui n’est pas brisé? Je m’attends à ce qu’ils jouent ensemble à notre prochain match, contre la Suède, et on verra par la suite. En ce moment, ils sont difficiles à affronter puisqu’ils patinent bien, ont un bon gabarit et déplacent bien la rondelle. On aime beaucoup ce qu’on voit.»

Pour Guhle, la chimie a été rapide avec Barron.

«On s’entend bien hors de la patinoire. C’est un joueur facile avec qui jouer, il est toujours bien placé. Il est en support et il communique sur la patinoire. C’est un joueur plaisant à voir jouer comme tous les autres. Mais je pense qu’il y a quelque chose qui a cliqué entre nous», a mentionné le 16e choix au total du dernier repêchage de la LNH.

Humble

Mis au parfum des bons mots de l’entraîneur à son endroit, Guhle a préféré demeurer humble.

«C’est un rêve qui devient réalité. Il est difficile de percer cette formation à 18 ans. J’ai simplement tenté de venir ici et de jouer mon style. Je me suis dit que j’allais faire de mon mieux et c’est ce que j’ai fait.»