/weekend
Navigation

Un premier vinyle en 20 ans de carrière pour Stefie Shock

Stefie Shock
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

En 20 ans de carrière, Stefie Shock n’avait jamais lancé de vinyle. Il vient de remédier à cette situation avec une compilation intitulée Presque tout. Vol. 1.

«J’allais dans les boutiques de vinyles et je voyais que tous mes pairs en avaient et je trouvais ça injuste et un peu frustrant de ne pas en avoir. Ça me démangeait», a-t-il lancé, lors d’un entretien téléphonique.

C’est aussi quelque chose qui lui était demandé. Ce microsillon, offert en CD et en format numérique, est aussi une sorte de coucou après 20 ans de carrière.

«C’est aussi une occasion de me faire découvrir, avec mes meilleures chansons, par des gens qui ne me connaissent pas, qui me connaissent mal ou qui m’ont oublié. Il y a beaucoup d’artistes et c’est de plus en plus difficile de se faire une place et d’assurer sa longévité», a-t-il fait remarquer. 

L’auteur, compositeur et interprète avoue avoir eu un peu de difficulté à choisir les 11 titres que l’on retrouve sur le premier volet de Presque rien. On peut, sans altérer la qualité sonore, mettre un maximum de 25 minutes de musique par face.

Volume 2

Stefie Shock ne voulait pas d’une compilation constituée de versions intégrales que l’on peut déjà entendre. Cinq des 11 pièces ont été retouchées et six sont offertes dans leur version originale. 

«Cette compilation me permet aussi de mettre en lumière des chansons qui, pour toutes sortes de raisons, sont passées sous le radar», a-t-il indiqué. 

L’indication «volume 1» amènera nécessairement le lancement d’un éventuel deuxième volet.

«Je ne peux pas mettre tout ce que je veux offrir dans un seul volume. J’ai beaucoup plus à offrir que ces 11 chansons», a-t-il conclu.

Stefie Shock précise que cette compilation n’est pas lancée en raison d’une obligation contractuelle comme c’est souvent le cas.

«La compagnie de disques m’a laissé travailler comme je le souhaitais. J’ai sélectionné les titres et l’ordre des chansons. J’ai décidé de la présentation graphique et du poids du vinyle qui est de 180 grammes. Il fallait que je sois le pilote de ce projet. C’est le genre de compilation que j’aime et il a été fait en toute liberté artistique», a-t-il mentionné.  

Stefie Shock considère même la compilation Presque rien volume 1 comme un de ses meilleurs albums. Il plonge dans un lointain souvenir de jeunesse pour donner une explication en faisant référence à l’album compilation Through The Past, Darkly (Big Hits Volume 2) des Rolling Stones.

«Je pense que j’avais 11 ans quand ma mère m’a acheté cet album. J’adorais les Stones et je voulais un album. C’est le premier vinyle que j’ai eu dans ma vie. Ce disque, qui couvre la période avec Brian Jones, entre 1966 et 1969, a toujours été, pour moi, même si c’est une compilation, le meilleur album des Stones. Toutes les chansons, pour moi, sont immenses. Je le préfère à Sticky Fingers où toutes les chansons ne sont pas immenses à mon goût. Et c’est dans cet esprit-là que j’ai construit cette compilation», a-t-il expliqué.

Présent dans le paysage musical depuis 20 ans, Stefie Shock est content que les gens continuent de s’intéresser à sa musique.

«C’est ce qui est toujours préoccupant lorsqu’on sort un album. Est-ce qu’il y a encore du monde qui veut m’entendre? C’est plus difficile, aujourd’hui, d’assurer sa longévité qu’il y a 40 ou 50 ans. Ce bilan, avec cette compilation, ouvre la porte pour les 20 prochaines années. Je suis loin de la retraite. C’est comme une marque dans mon parcours et je continue. Je suis lins de la retraite. Je reste encore bien vivant et vigoureux», a-t-il avisé.