/finance/business
Navigation

Fuite de données: Desjardins injectera 100M$ de plus en sécurité

Fuite de données: Desjardins injectera 100M$ de plus en sécurité
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Le Mouvement Desjardins assure avoir renforcé ses mesures de sécurité depuis l’annonce, en 2019, de la fuite d'informations personnelles de millions de ses membres. Le budget d’investissement pour la protection des données passera notamment de 150M$ à plus de 250M$ en 2021.

• À lire aussi: Fuite de données: Desjardins a manqué à «ses obligations légales», tranche l'AMF

Lundi, la coopérative de Lévis a réagi au rapport du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada et aux ordonnances de la Commission d'accès à l'information du Québec et de l'Autorité des marchés financiers.  

Ces trois organisations soulèvent notamment d’importantes lacunes dans la gestion de la fuite de données et des mesures misent en place par l’institution financière pour éviter un tel incident.  

Desjardins affirme dans un communiqué avoir établi, depuis 2019, «des stratégies qui couvrent leurs recommandations, qui sont déjà implantées ou en voie de l'être».  

Le Mouvement note avoir mis en place le Bureau de la sécurité Desjardins, qui regroupe près de 900 spécialistes en cybersécurité, en crimes financiers et en prévention contre la fraude. La coopérative a également mis sur pied un système de protection des données pour l’ensemble de ses clients.  

  • Écoutez la chronique économique de Michel Girard sur QUB radio:

Identité numérique

Au cours des prochaines années, Desjardins promet de poursuivre ses travaux afin d’améliorer ses pratiques, notamment grâce à la création en 2021 d'un centre d'intelligence de la sécurité.  

La coopérative espère également offrir un jour une identité numérique au Québec et au Canada. Elle mentionne travailler sur ce projet avec plusieurs autres acteurs dans le milieu financier.  

«Celle-ci permettra de donner le contrôle de leurs données aux citoyens et d'échanger des informations de façon plus sécuritaire», avance la direction.  

Cette dernière précise que les 9,7 millions de membres actifs et inactifs qui sont concernés par la fuite de données en 2019 correspondent au nombre de dossiers auxquels l'ex-employé malveillant a eu accès et non à l’ensemble des personnes dont les renseignements auraient été transmis à des tiers.  

Ce sont les données de 4,2 millions de membres actifs qui auraient circulé à l’extérieur des murs de l’organisation. «Rien ne permet de confirmer que les renseignements personnels d'autres personnes ont été transmis à des tiers», réitère la direction.  

Il s’agit de la plus importante fuite de renseignements personnels, à ce jour, dans le secteur des services financiers canadiens.