/finance/news
Navigation

Quand l’achat d’une maison et d’une auto crée des problèmes

Happy family is looking at their new home. Vector illustration
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

L’achat d’un véhicule pourrait nuire à l’achat d’une maison.

Prenons l’exemple d’un jeune couple qui décide d’acheter sa première maison. Le couple gagne un revenu conjoint de 100 000 $ par année et souhaite faire l’acquisition d’une maison vendue au prix de 350 000 $, ce qui représente le prix médian actuel d’une maison unifamiliale au Québec.  

Il a déjà accumulé la mise de fonds minimale requise de 5 %, soit 17 500 $. Un ami lui a conseillé d’obtenir une préautorisation hypothécaire avant même d’entamer ses recherches, ce qu’il s’empresse de faire. 

Bonne nouvelle, la banque évalue son dossier et lui accorde la préautorisation nécessaire pour acheter une maison de 350 000 $. 

« Gâterie » lourde de conséquences

Happy family is looking at their new home. Vector illustration
Illustration Adobe Stock

Préautorisation en main et bien excités à l’idée de rehausser leur niveau de vie en achetant une maison, les deux amoureux décident que, tant qu’à y être, ils méritent bien de se gâter un peu et de remplacer leur vieille Toyota Yaris par un véhicule un peu plus récent et spacieux. Ils visitent donc le concessionnaire pour acquérir un beau véhicule utilitaire flambant neuf, financé sur 5 ans. 

Ce dont ils ne se doutent pas, c’est que cette « petite gâterie » va leur couper l’herbe sous le pied. 

Sitôt son nouveau véhicule en main, le couple trouve la maison idéale et dépose une offre d’achat. Comble de joie, cette dernière est acceptée. Mais la joie est de courte durée, puisque la banque indique aux deux aspirants propriétaires que, malheureusement, ils ne se qualifient plus pour un achat de 350 000 $, mais plutôt de 311 155 $.On leur explique que le paiement mensuel de 300 $ par mois pour leur nouveau véhicule réduit considérablement leur capacité d’emprunt. 

Deux solutions possibles

1. Réduire l’endettement

Sur papier, c’est la solution la plus viable. Mais, en pratique, ce n’est pas nécessairement évident. Dans ce cas-ci, une voiture perd en moyenne 30 % de sa valeur dès la première année de possession. Même en la vendant, le couple ne retrouvera probablement pas sa capacité d’emprunt pour une maison de 350 000 $. 

Pour être en bonne posture avant l’achat d’une maison, l’idéal est de réduire au minimum les dettes de consommation, quitte à conduire une voiture moins dispendieuse.  

2. Trouver une maison moins dispendieuse

Il n’est pas nécessaire de vivre dans un château. Vous ne serez probablement pas plus heureux pour autant. Et même en vivant dans plus petit, vous bénéficiez quand même des avantages d’être propriétaire. Rappelez-vous qu’une bonne partie de l’argent que vous investissez dans votre maison vous reviendra lorsque vous la revendrez, en plus du gain obtenu sur la plus-value.

Quoi qu’il en soit, si vous devez choisir entre réduire votre endettement ou trouver une maison moins dispendieuse, il vaut mieux prioriser la première option.  

Conseils    

  • Pour mesurer votre capacité d’emprunt auprès de la banque, vous pouvez utiliser un calculateur en ligne. Pour cet article, j’ai utilisé le calculateur de capacité d’emprunt de la SCHL.  
  • Contrairement à une maison, une voiture n’est aucunement un investissement, surtout si elle est neuve.  
  • Si vous êtes dans le processus d’achat d’une maison ou d’un condo, ne prenez pas de décision qui pourrait hausser votre niveau d’endettement.  
  • Le montant maximum que la banque peut vous prêter ne constitue pas un idéal à atteindre. C’est une limite dangereuse qu’il vaut mieux ne pas dépasser. Idéalement, il faut emprunter en dessous de cette limite.