/news/currentevents
Navigation

Sa sœur Claire inculpée d’avoir volé un organisme

POL-PARTI-LEBEL
Photo courtoisie Claire Le Bel, Accusée

Coup d'oeil sur cet article

La période des Fêtes ne s’annonce guère réjouissante pour la famille LeBel. En plus de l’arrestation du député Harold LeBel, sa sœur Claire devra faire face à la justice en janvier.

• À lire aussi: Le député Harold LeBel accusé d’agression sexuelle

Claire Le Bel est accusée d’avoir volé l’organisme communautaire L’Entraide Pont-Viau où elle œuvrait comme directrice depuis plusieurs années. 

De 2012 à 2016, elle aurait détourné des sommes d’argent, notamment en effectuant différents achats personnels avec la carte de crédit de cet organisme qui vient en aide aux familles démunies de Laval.

Selon le média local Courrier Laval, les sommes volées s’élèveraient à un peu plus de 40 000 $ au total, montant que Mme Le Bel aurait depuis remboursé à son employeur.

Claire Le Bel avait plaidé coupable à une accusation de vol dans cette affaire et devait connaître sa sentence en octobre dernier.

La juge de la Cour du Québec Dominique Larochelle, qui entendait la cause, s’est toutefois récusée lors de l’audience après avoir réalisé qu’elle connaissait une personne nommée dans la preuve.

La juge Larochelle a du même coup retiré le plaidoyer de culpabilité de Mme Le Bel. Cette dernière aura le choix de déposer un nouveau plaidoyer, de culpabilité ou de non-culpabilité, lorsque les procédures reprendront en janvier. 

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio:

Impliquée à Laval

Durant la période où les vols qui lui sont reprochés auraient eu lieu, soit de 2012 à 2016, Mme Le Bel était très active en politique municipale. 

Après avoir été élue dans le parti de l’ex-maire Gilles Vaillancourt, le Pro des Lavallois, Claire Le Bel avait fondé son propre parti et s’était présentée aux élections de 2013 à Laval. 

Sa campagne électorale avait été houleuse : Claire Le Bel avait diffusé l’enregistrement secret d’une conversation avec l’ex-maire Vaillancourt et son directeur de campagne, Reny Gagnon, qui avait inventé avoir été victime d’une agression sur une autoroute.

Mme Le Bel avait terminé la course en troisième position, derrière Action Laval et le Mouvement lavallois de Marc Demers. 

Selon le site web de l’Entraide Pont-Viau, Mme Le Bel travaille toujours à cet endroit, non plus comme directrice, mais plutôt à titre d’agente de développement.