/news/coronavirus
Navigation

40% des écoles québécoises aux prises avec la COVID-19

Le ministre Roberge voit mal comment le réseau scolaire pourrait en faire plus

Coup d'oeil sur cet article

Alors que la propagation de la COVID-19 atteint de nouveaux sommets dans le réseau scolaire avec 40% des écoles touchées, le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, voit difficilement comment faire plus pour limiter la propagation du virus.

Des cas actifs de COVID-19 ont été recensés dans 1204 écoles québécoises sur un total de près de 3000 établissements, selon le dernier bilan daté du lundi 14 décembre.    

  • Écoutez l'entrevue de Jean-François Roberge avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Le réseau scolaire compte 1503 groupes en isolement, un sommet depuis la rentrée. Treize établissements sont maintenant fermés ou partiellement fermés. 

Cette augmentation survient alors que le nombre de cas dans la province est aussi en hausse, avec une moyenne hebdomadaire de 1760 nouveaux par jour. Québec a annoncé mardi un reconfinement du 25 décembre au 11 janvier, dans l’espoir de casser la deuxième vague de COVID-19. 

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, affirme toutefois qu’il serait difficile pour le réseau scolaire d’en faire davantage pour limiter la transmission du virus. 

«Je vois mal comment on pourrait aller plus loin, déjà, l’alternance un jour sur deux, c’est un compromis», a-t-il affirmé récemment lors d’un entretien avec Le Journal

En zone rouge, les élèves de la troisième à la cinquième secondaire fréquentent l’école une journée sur deux. M. Roberge veut éviter d’étendre l’enseignement hybride aux élèves plus jeunes, une avenue qui a déjà fait l’objet de discussions avec les autorités de Santé publique. 

«Où est-ce qu’on arrête, on s’est posé la question. On a décidé d’arrêter en secondaire trois, je me souviens d’avoir dit j’espère qu’on n’aura pas à toucher aux secondaire deux, mais surtout, je ne veux pas qu’on touche aux secondaire un», a-t-il affirmé, précisant que ces élèves étaient «encore très jeunes». 

Le ministre Roberge assure que la fermeture «indéterminée» des écoles «ne fait pas partie des options». «Ça fait même pas l’objet de discussions en ce moment», a-t-il indiqué. 

Des purificateurs d’air si nécessaires

M. Roberge assure par ailleurs que l’argent sera au rendez-vous si le comité d’experts mis sur pied par Québec recommande l’achat de purificateurs d’air pour limiter les risques de propagation du virus dans les classes. 

«On va suivre les recommandations, comme on les a toujours suivies», a-t-il affirmé. 

Demi-classes à l’étude

Le scénario des demi-classes est néanmoins toujours à l’étude, a précisé le ministre, qui émet toutefois de sérieuses réserves du point de vue pédagogique. 

L’enjeu n’est pas seulement de diffuser en ligne le contenu d’un cours qui se donne en classe pour les élèves qui sont à la maison en alternance. Il faudrait adapter l’enseignement en conséquence, ce qui représente tout un casse-tête.

  • Écoutez Catherine Beauvais-St-Pierre de l’Alliance des professeures et professeurs de Montréal à QUB radio

«Enseigner à distance, ce n’est pas donner le cours qu’on donnerait en classe, devant un écran», affirme M. Roberge, qui estime que le risque de «perdre» plusieurs jeunes serait important. 

«C’est une espèce de compromis pédagogique qu’on pourrait être forcés de faire éventuellement, mais qu’on a protégé à date. On a protégé la qualité de la pédagogie», a-t-il affirmé. 

Concernant le retour des activités sportives et parascolaires, attendu de pied ferme par plusieurs jeunes, le ministre Roberge se dit confiant de pouvoir donner ce feu vert «quelque part cet hiver».

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres