/misc
Navigation

Le top-6 des nouvelles alimentaires en 2020

Quebec
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

L’année 2020, aussi inhabituelle qu’incroyable, aura laissé un nombre impressionnant d’histoires ahurissantes. La pandémie a monopolisé l’attention cette année, mais certaines nouvelles du secteur alimentaire ont aussi marqué l’esprit des gens. Voici donc la liste des événements marquants du secteur alimentaire pour l’année 2020 qui prend fin, enfin.

En 6e position, l’essor fulgurant du commerce électronique dans l’industrie agroalimentaire. Les achats en ligne ont rendu l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement plus démocratique et accessible aux consommateurs. Tout le monde peut vendre aux consommateurs, maintenant, y compris les agriculteurs, les transformateurs et les marchés fermiers. En 2020, nous avons vu l’industrie alimentaire s’engager à investir au-delà de 12 milliards de dollars sur cinq ans pour soutenir des stratégies en ligne, une somme incroyable. Au début de l’année, à peine 1,7% des ventes d’aliments au Canada s’effectuaient en ligne. Lorsque nous aurons terminé 2020, ce nombre aura plus que doublé et près de la moitié des Canadiens ont l’intention d’acheter de la nourriture en ligne régulièrement après la pandémie.

En 5e position, l’effondrement de l’industrie de la restauration et les pivotements consécutifs dus aux verrouillages successifs ont été extrêmement pénibles à voir. Nous avons commencé l’année en consacrant environ 36% de notre budget alimentaire à la nourriture consommée à l’extérieur de la maison. En avril, ce pourcentage tombait à 9%. Au milieu de l’été, il a probablement remonté autour de 25%. Mais la plupart des restaurateurs réalisent qu’il ne remontera pas à 36% de sitôt.

En 4e position, le gaspillage à la ferme. En raison des perturbations créées par la pandémie, dans différents coins du pays, des millions de litres de lait ont été jetés, des animaux de ferme en parfaite santé ont été euthanasiés, de la laitue, des champignons et des asperges ont pourri au champ par manque de main-d’œuvre, bref, tous ces déchets devenaient insupportables et incompréhensibles. La plupart des Canadiens éprouvaient énormément de confusion et ne savaient plus quoi penser de ce gaspillage apparemment incontrôlé. Le blâme ne repose pas sur les épaules des agriculteurs, mais plutôt sur notre manque de concentration sur la transformation en tant que pays. En raison de ce qui s’est passé cette année, alors que le contrat social entre l’industrie alimentaire et les consommateurs subit une refonte, les agriculteurs devront se montrer prêts.

En 3e position, le télétravail, la cuisine, le pain fait maison, le jardinage et notre sédentarisation en tant que société. Faire en sorte que les gens restent à la maison a créé un tsunami de changements. Le travail à domicile nous a rapprochés de notre propre cuisine, ce qui a redéfini notre relation avec la nourriture. La plupart d’entre nous cuisinaient et près de 20% des Canadiens ont aménagé un jardin cette année. Beaucoup ont pu vivre sans restaurant, ne serait-ce que pendant un certain temps. Seul le temps nous dira si nos nouvelles habitudes resteront.

En 2e position, au milieu du mouvement massif Black Lives Matter déclenché par le terrible assassinat de George Floyd, Pepsico a choisi de changer le nom et l’image de marque de son mélange pour crêpes et sirop Aunt Jemima. D’autres entreprises alimentaires ont emboîté le pas au cours de l’été. Comme dans de nombreux autres secteurs, le marketing alimentaire a clairement mis fin à un chapitre à caractère raciste en 2020 et la manière dont les aliments seront commercialisés a changé.

Et en 1re position, le mouvement de panique et les achats excessifs et inutiles de nourriture et de papier de toilette pendant la première vague de la pandémie, au printemps, nous fournissent un choix facile pour cette première place. Au-delà du ridicule de la thésaurisation du papier de toilette, l’effet créé par des étagères vides marquait l’esprit de tous. De nombreux Canadiens ont vécu une insécurité alimentaire émotionnelle pour la première fois. Depuis, les comportements, voire les politiques, ont subi les impacts d’images puissantes ou de rangées d’épicerie entièrement vidées de leur contenu.

Il n’en demeure pas moins difficile de dresser un tel palmarès, et n’importe qui peut ajouter ou extraire l’une ou l’autre de ces histoires, mais la liste de 2020 était l’une des plus faciles à rédiger depuis des décennies.

Joyeuses Fêtes!