/news/green
Navigation

Près de deux fois plus d’arbres seront coupés au Québec d’ici 60 ans

Bois d'oeuvre
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault entend presque doubler la quantité de bois récoltée chaque année dans les forêts québécoises d’ici 60 ans. 

C’est ce que prévoit la Stratégie nationale de production de bois présentée par le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, mercredi.

Le volume de bois récolté annuellement au Québec passerait ainsi de 29 millions de mètres cubes (en moyenne ces cinq dernières années) à 52,9 millions de mètres cubes à l’aube de 2080. Pour ce faire, le gouvernement souhaite notamment rendre disponibles de plus grandes étendues aux forestières.

Forêts sous-exploitées

Les forêts québécoises sont sous-exploitées et jamais la pression sur elles n’a été aussi peu élevée depuis près de 30 ans, a fait valoir le ministre Dufour en pointant les conclusions du dernier rapport du Forestier en chef du Québec.

«À court terme, le Québec doit cependant composer avec la détérioration de la quantité et de la qualité du bois disponible dans ses forêts, une tendance qui s’accentue depuis les dernières décennies», est-il toutefois noté dans les documents de la Stratégie présentés mercredi.

Pour prévenir cet enjeu, le gouvernement bonifiera entre autres de 300 millions $, sur cinq ans, la somme investie pour mener des travaux de sylviculture, qui s’élèvera à 1,43 milliard $.

Le ministre Dufour a annoncé une «Politique d'intégration du bois dans la construction» qui sera bientôt détaillée afin d’utiliser tous les volumes supplémentaires ainsi rendus disponibles. Aucune cible n’a toutefois été fixée pour l’instant.

Acceptabilité sociale

Cette annonce intervient un mois après la publication d’une lettre au vitriol de l’Action boréale et de son coprésident, l'auteur-compositeur-interprète et cinéaste Richard Desjardins, qui accusait le ministre Dufour d’être à la solde de fonctionnaires uniquement préoccupés à fournir les compagnies forestières en bois.

Devant le manque d’acceptabilité sociale entourant les coupes forestières, le sous-ministre associé aux Forêts, Alain Sénéchal, croit pouvoir convaincre la population de leur bien-fondé. Notamment, dit-il, en faisant valoir l’intérêt d'utiliser du bois plutôt que d’autres matériaux pour lutter contre les changements climatiques, y compris dans la construction de maisons.

«Il y a un angle là qu’on devrait exploiter plus en donnant plus d’explications et je vous dirais qu’à ce moment, les groupes environnementaux nous suivent dans cette ligne-là, ils sont prêts et comprennent que la forêt, une fois que je l’ai coupée, elle repousse», a-t-il expliqué.

Fait saillant    

  • 855 174 logements pourraient être construits avec la quantité supplémentaire de bois qui sera récoltée annuellement à compter de 2050.