/news/currentevents
Navigation

Prostitution juvénile à Québec: «Dans ma tête à moi, elle faisait un jeu de rôle...»

Coup d'oeil sur cet article

L’un des deux hommes arrêtés dans le cadre d’une opération policière visant à mettre à jour d’éventuels clients intéressés par la prostitution juvénile a fait savoir, mercredi, qu’il n’avait jamais été attiré par les mineurs.

• À lire aussi: Prostitution juvénile à Québec: deux accusés ne «croyaient pas» qu'elle avait 16 ans

Au troisième jour du procès de Raphaël Beaumont, un ancien enseignant au secondaire de 26 ans, et de Dave Hamel, un opérateur de construction de 41 ans, c’était au tour de ce dernier d’être contre-interrogé par la poursuivante, Me Mélanie Dufour.  

D’entrée de jeu, Hamel a répondu négativement lorsque la procureure lui a demandé s’il savait que la prostitution juvénile existait au Québec, puis il s’est rappelé avoir déjà «entendu parler» de l’opération Scorpion, qui avait fait couler beaucoup d’encre.  

Il a, par la suite, expliqué que le 6 février 2019, lorsqu’il s’est rendu sur internet dans le but d’obtenir une fellation, il avait écrit «aux deux ou trois premières annonces» qu’on lui proposait et que seule «Mel», soit l’agente d’infiltration de la police, avait répondu à ses textos.  

«J’ai 16 ans»

Dans les échanges écrits, à deux reprises, la fausse escorte lui mentionne avoir 16 ans, mais Hamel ne l’a tout simplement pas crue, ajoutant même qu’il voulait aller «vérifier» si c’était vrai et «s’assurer» qu’elle n’était pas sous l’emprise d’une personne malhonnête.  

«Je ne dirais pas que j’ai un petit côté superhéros... mais j’aime ça aider les gens. Je me sentais important dans ça... Si j’avais pu aider quelqu’un, je me serais senti valorisé. J’ai pensé faire une bonne action en agissant par moi-même», a-t-il dit au juge Mario Tremblay.  

Questionné à savoir ce qu’il comprenait lorsque la prétendue jeune fille écrivait «j’ai 16 ans», Hamel a persisté dans sa réponse.  

«Dans ma tête à moi, elle faisait un jeu de rôle... Elle se faisait passer pour une femme plus jeune... Y’a des femmes, pour faire plaisir à leur mari, qui se déguisent en policière ou en infirmière... Pour moi, elle voulait faire plus d’argent avec ça», a-t-il répondu.  

Négocier au rabais

«Dans vos échanges, après qu’elle vous ait dit qu’elle avait 16 ans, vous lui demandez une fellation et elle vous répond que c’est 80$. Vous lui dites que vous avez seulement 50$, que c’est ce que vous payez habituellement et vous ajoutez qu’en plus, elle n’a pas d’expérience. Vous vouliez dire quoi?» a alors demandé le magistrat.  

«J’ai juste embarqué dans son jeu, parce qu’elle voulait se faire passer pour une fille plus jeune», a laissé tomber Hamel.  

La preuve étant complétée des deux côtés, le juge a ajourné le procès jusqu’en février pour les plaidoiries.  

Rappelons qu’en plus de rendre son jugement à l’égard des accusés, le président du tribunal devra également se prononcer sur la façon de faire des policiers, qui ont placé des annonces de jeunes filles offrant des services sexuels dans le but de piéger les clients.