/misc
Navigation

Le REM, un gros test pour la CAQ

Coup d'oeil sur cet article

L’annonce du prolongement du REM est une excellente nouvelle pour le développement de l’est de Montréal! Un projet moderne, digne du 21e siècle favorisant la fluidité et la lutte aux GES.

Félicitons la ministre Chantal Rouleau pour son leadership et Valérie Plante, qui peut se réjouir : sa ligne rose est annoncée.

Le feu vert rapide à la Caisse de dépôt

L’annonce est toutefois l’étape facile. Trancher en donnant le feu vert à la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) pour rapidement lancer et octroyer les appels d’offres, cela constituera le vrai test de leadership pour la CAQ. 

Les défis d’implantation seront importants : les critiques, le nombre d’acteurs en présence, le choix du tracé, les corridors aériens, le design, les élus municipaux, les oppositions... Autant d’écueils qui peuvent mener à une zizanie de délibérations où chacun tire la couverte de son bord.

Qui plus est, nous sommes habitués à des annonces qui ne se concrétisent pas. Pensons aux tergiversations de la CAQ relatives au tramway de Québec, où nous n’avons toujours pas d’enlignement. Que de temps perdu depuis l’annonce du projet il y a près de trois ans. 

Sans parler des annonces de prolongement de la ligne bleue du métro qui se répètent comme un disque qui saute depuis 20 ans... 

Trancher rapidement, s’inspirer des libéraux

Philippe Couillard avait choisi lors de la phase 1 du REM de donner le feu vert à la CDPQ en faisant fi des critiques du BAPE et en évitant de se lancer dans des consultations à n’en plus finir. Même la Ville de Montréal, la STM ou la défunte AMT avaient eu peu à dire, carte blanche ayant été donnée à l’équipe d’experts de la CDPQ. 

C’est la seule voie à suivre si on veut circuler en train rapide électrique dans l’est de Montréal de notre vivant, et le meilleur service à rendre à la mairesse Valérie Plante, qui se retrouvera au centre des tirs groupés.