/entertainment
Navigation

Les paysages de Québec en vedette

Le festival Toboggan se tourne vers le virtuel

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Anne Hudon et Louis Bellavance devant le Château Frontenac, qui servira de décor à la performance du Canadien Felix Cartal, le 31 décembre.

Coup d'oeil sur cet article

Marie-Mai, deux DJ et un rappeur prometteur seront les vedettes du festival Toboggan, qui mettra en valeur les paysages de la région de Québec lors d’une seconde édition qui se déroulera en ligne, à cause du coronavirus, du 28 au 31 décembre.

Dans des décors de carte postale, des performances du DJ montréalais Apashe, dans la vallée de la Jacques-Cartier (28), du rappeur Zach Zoya, sur un bateau voguant sur le fleuve Saint-Laurent (29), de Marie-Mai, au sommet du mont Tourbillon (30), et du DJ britanno-colombien Felix Cartal, le 31, au Château Frontenac, seront disponibles à compter de 19 h, gratuitement, du 28 au 31 décembre.

Les prestations, qui n’excéderont pas 30 minutes chacune, seront disponibles en ligne pendant un an. Elles ont toutes déjà été filmées, à l’exception de la performance de Marie-Mai.

Selon la directrice générale de 3E, Anne Hudon, il n’a jamais été question que Toboggan saute une année. Pour avoir lieu en suivant les règles de la Santé publique, l’organisation a cependant dû faire le deuil d’un public présent physiquement.

« Pour présenter quelque chose avec de l’envergure, il a fallu lâcher prise », confie-t-elle.

À défaut de pouvoir accueillir des fêtards à la place George-V, comme l’an passé, Toboggan mettra donc en valeur les beautés de la région, avec le soutien financier de la Ville de Québec.

« Ça va nous aider à vendre Québec et la région », a déclaré le maire, Régis Labeaume, lors d’une visioconférence de presse, hier après-midi.

Qualité cinématographique

L’accent sera effectivement mis sur le visuel. Le programmateur de 3E, Louis Bellavance, a indiqué que l’organisation voulait des productions de qualité cinématographique afin que l’idée d’aller présenter des concerts en périphérie de la ville survive à la pandémie.

« L’année prochaine, je voudrais que tu puisses embarquer avec 40 personnes dans un autobus qui part de George-V pour s’en aller au parc de la Jacques-Cartier y voir une performance de DJ, en après-midi, puis revenir sur le site de Toboggan. »

Par contre, Louis Bellavance n’est pas convaincu que les concerts virtuels auront la cote lors du retour à la normale, attendu quelque part d’ici la fin de 2021.

« On peut se tromper, mais je pense que ça va rester marginal », conclut-il.