/news/green
Navigation

Le Québec protégera 17% de son territoire

Le gouvernement Legault en fera l’annonce aujourd'hui

Sainte-Marguerite
Photo courtoisie Des dizaines de réserves de biodiversité ont été avalisées par le Conseil des ministres, mercredi. Ce sont des territoires d’exception qui offrent des paysages magnifiques. Sur cette photo, on aperçoit la rivière Sainte-Marguerite, déjà protégée. Elle est située au Saguenay–Lac-Saint-Jean et en Côte-Nord.

Coup d'oeil sur cet article

Québec honore sa parole et protégera 17 % de son territoire terrestre avant la fin de l’année, en créant des réserves un peu partout sur son territoire, a appris Le Journal.

Le gouvernement Legault parvient à cet objectif en créant des aires protégées de dizaines de milliers de kilomètres carrés, surtout au nord, au Nunavik et en territoire Eeyou Istchee, mais également au sud : le tout sera annoncé en journée.

Québec confirmera la création d’une réserve biologique contiguë au parc de la Gaspésie, en plein dans le massif des monts Chic-Chocs, un secteur névralgique de l’habitat du caribou de Gaspésie.

La Côte-Nord sera particulièrement choyée avec des milliers de kilomètres carrés protégés, dont un immense territoire longeant la grande rivière Moisie, et 4500 km2 en Basse-Côte-Nord. L’Abitibi-Témiscamingue a également plusieurs secteurs préservés, dont le mont Kanasuta.

Un parc près de Montréal

Plus au sud, dans Lanaudière, le ministère de l’Environnement protégera une partie de la Forêt-Ouareau, un parc régional situé à un peu plus d’une heure de Montréal et qui présente un intérêt récréotouristique.

Au Saguenay–Lac-Saint-Jean, une réserve biologique de 46 km2 sera créée autour d’un affluent de la rivière Péribonka, la rivière Belley.

Une source gouvernementale se réjouit : «C’est la première fois que le Québec respecte une entente internationale qu’il a signée en matière d’environnement.»

Alain Branchaud, le directeur général de la Société pour la nature et les parcs (SNAP-Québec), se montre très satisfait. «C’est exceptionnel, quand on se compare aux autres provinces. Seuls le Québec et la Colombie-Britannique vont atteindre la cible», affirme-t-il.

«Ce gouvernement est arrivé au pouvoir et ils n’avaient aucun plan pour atteindre la cible. La CAQ a réalisé que c’était un objectif international qu’ils pouvaient atteindre. Ils ont travaillé très fort et c’est honorable», a-t-il dit.

Et ça continue

Plusieurs environnementalistes, notamment le chanteur Richard Desjardins et le groupe Action Boréale, avaient dénoncé le ministère des Forêts, qui souhaitait repousser au nord du Québec la protection du territoire pour éviter d’enlever des arbres à l’industrie forestière.

«Nous savons qu’il y a des attentes pour le sud», reconnaît-on. Selon nos informations, le gouvernement Legault ne compte pas s’arrêter là. La création d’un nouveau type d’aire protégée, avec l’adoption prochaine du projet de loi 46, permettra de préserver des secteurs où une population réside déjà.

On fait également valoir un fonds de 45 M$ pour acheter des terres privées dans un objectif de conservation.

Le gouvernement a d’ailleurs l’intention de définir de nouvelles cibles d’aires protégées. 

La protection du territoire en chiffres   

  • Au 1er janvier 2019, 10,68 % du territoire était protégé    
  • Au 1er janvier 2021, ce sera 17,03 %  
  • Plus de 90 000 km2 seront protégés, dont plus de 12 000 km2 dans les régions administratives au sud du Québec    
  • La grande majorité de ces aires sont situées sur la Côte-Nord