/news/provincial
Navigation

Une invention pour freiner les microbes

Ce bouton d’ascenseur se désinfecte lui-même

Raymond Boisvert a dévoilé jeudi son bouton d’ascenseur antibactérien.
Photo Stevens Leblanc Raymond Boisvert a dévoilé jeudi son bouton d’ascenseur antibactérien.

Coup d'oeil sur cet article

Un bouton d’ascenseur « révolutionnaire », autonettoyant et antimicrobien, a été inventé à Québec et sera testé sous peu dans un hôpital de la capitale.

Baptisé LIBU (contraction de Life Button), le bouton antibactérien tourne sur lui-même après chaque pression et est exposé à des rayons UV dans une mini chambre de décontamination avant d’en ressortir complètement stérile.

Raymond Boisvert a dévoilé jeudi son bouton d’ascenseur antibactérien.
Photo Stevens Leblanc

Il a été breveté par l’inventeur Raymond Boisvert. 

Ce dernier a reçu le soutien de nombreux partenaires, incluant celui de la Ville de Québec qui verse une aide financière de 120 000 $ à même son programme de Vitrine technologique.

Développé en collaboration avec plusieurs chercheurs, notamment la Dre Caroline Duchaine qui dirige la recherche au laboratoire de bioaérosols de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ), le bouton sera d’ailleurs mis à l’essai dans cet établissement en 2021.  

« Ça fait des mois que j’entends parler de cette technologie-là. On est fébriles d’en dévoiler les principes. Ça tombe à pic. Ça vient concrétiser une solution pour contrôler la propagation de bactéries sur des surfaces communes alors que nous sommes en pleine pandémie. On peut appeler ça du timing », a déclaré le maire Régis Labeaume en conférence de presse.

Raymond Boisvert a dévoilé jeudi son bouton d’ascenseur antibactérien.
Photo courtoisie

Raymond Boisvert est déjà en discussion avec des manufacturiers d’ascenseurs. Son invention, sur laquelle il planche depuis quatre ans avec des ingénieurs et des spécialistes en optique-photonique, a fait l’objet de plus de 100 000 tests en laboratoire, lesquels se sont avérés fort concluants.

« Pendant un tour de bouton, on obtient 99,6 % de réduction de la charge microbienne », a confirmé la Dre Duchaine.

Un vecteur de transmission

Les boutons d’ascenseur sont reconnus comme l’un des principaux vecteurs de transmission des infections en milieu hospitalier, a-t-on rappelé jeudi.

« La surface numéro un qui contient le plus de bactéries au centimètre carré, c’est le bouton d’ascenseur. Si on réussit à s’attaquer au problème, on pourrait au moins contribuer à aider à diminuer les infections », a exprimé M. Boisvert.

Il ambitionne de construire une usine de fabrication à Québec. « On a fait la démonstration de son efficacité. Maintenant, il faut passer à la commercialisation. »

Découvrez le bouton antibactérien ici.